M13 : Rodez 2013, un bon cru!

Le Top 12, plus important tournoi au monde pour les M13 redevient une tradition chez nous. L’A�popA�e de cette annA�e se termine en beautA�, faisant du millA�sime 2013 un bon cru pour nos M13.

Partis de Paris en bus couchettes le vendredi A� 23h, nous fA�mes accueillis le lendemain A� 7h par nos charmantes amies ruthA�noises Sylvie, chargA�e de nous accompagner durant tout le week-end, et Isabelle. Quel plaisir de les retrouver, toujours avec le mA?me sourire et la mA?me joie e vivre malgrA� l’heure matinale et le rythme effrA�nA� d’un week-end plus qu’intense pour elles, tout cela autour d’un petit dA�jeuner dA�licieux et copieux au buffet de la gare de Rodez.A�MalgrA� le manque de sommeil, les mines sont rA�jouies, et les langues bien pendues nous font commencer la journA�e dans la bonne humeur.

 

Les festivitA�s du samedi

L’installation au lycA�e Monteil terminA�e, il fallut se changer vite et redescendre dans la cour pour attendre le signal du dA�part. LA�, nos joueurs retrouvaient avec plaisir leurs amis florentins et s’amusA?rent ensemble bruyamment A� se faire A� 36 des passes volleyA�es avec un mini ballon de rugby, sous les yeux A�tonnA�s des autre dA�lA�gations prA�sentes. Vint ensuite l’heure du dA�filA� dans les rues de Rodez, sous une pluie battante, oA? nos charmants bambins firent entendre leurs voix, et leur rA�pertoire… Sans commentaire…

ArrivA�s A� Vabre pour le dA�jeuner – une excellente daube de bA�uf A�tait au menu -, nous dA�couvrA�mes avec surprise que le soleil A�tait revenu. Vint alors le temps des rencontres amicales, aprA?s un petit entraA�nement. Nous rencontrA?mes successivement les Irlandais de Muskerry, nos amis Italiens de Firenze, et, aprA?s s’A?tre abritA�s quelques minutes pour A�viter un nouveau dA�luge, nos habituels partenaires du samedi, les verts et blancs de Pic Saint Loup. L’aprA?s-midi fut loin d’A?tre concluant : un engagement dA�cevant, A�normA�ment de fautes de mains, de jeu, et mA?me des bA�vues monumentales. Une conclusion optimiste s’imposait : ils avaient sans doute voulu A�puiser leur stock de conneries A� faire le samedi, pour A�viter d’en faire le dimanche.

AprA?s cet A�chauffement agrA�able, retour A� Monteil dans le bus de nos amis italiens, car nos chauffeurs n’avaient plus le droit de conduire. On se douche et on se change vite, avant de repartir au LycA�e Saint Joseph pour le dA�ner, encore avec nos amis italiens, et toutes les autres dA�lA�gations logA�es A� Monteil. Ensuite, dA�part pour l’AmphithA�A?tre, salle de concerts de Rodez, pour la soirA�e de prA�sentation des A�quipes. Retour A� Monteil dA?s la fin de la prA�sentation pour les joueurs et leurs cinq accompagnateurs officiels, tandis que nos trois supporters goA�tent au joies d’un dA�licieux buffet.

 

Les hostilitA�s du dimanche

Le lendemain, c’est le grand jour. RA�veil des enfants A� 6h30 par un curieux personnage vA?tu de tongs, d’un jean gris, et d’un maillot RCP 15 de taille XS : par consA�quent, le prochain qui me dit que son maillot est trop petit, je lui rA�ponds que si moi je rentre dans du XS, son maillot peut encore lui aller de nombreuses annA�es 😉

AprA?s un bon A�chauffement, cA�rA�monie des hymnes. Les enfants sont heureux, ils chantent A� pleins poumons l’hymne national, ou les hymnes pour Pietro, qui a pu en chanter deux, lui.
Et c’est le dA�but des hostilitA�s dans notre « poule de la mort », dA�but difficile, puisque nous commenA�ons par affronter le Stade Toulousain. Que dire? Sinon que je n’ai jamais vu une A�quipe aussi monstrueuse! des monstres de technique individuelle, d’organisation, de physique. Quand je dis physique, je ne parle pas de taille, bien que certains beaux bA�bA�s, comme Joshua Brennan, soient en mesure de nous toiser tous du haut de ses 12 ans, adultes compris. Non, je parle de vivacitA�, de rapiditA�! Ils ont des cannes de feu ces gosses, et malgrA� la rA�sistance, pas toujours trA?s performante des nA?tres, nous encaissons 5 essais et comprenons que certains ont dA� A?tre tA�tanisA�s par la renommA�e de l’adversaire avant d’A?tre terrassA�s par son talent. Cinq essais, comme toutes les autres A�quipes qui rencontreront le stade Toulousain dans la matinA�e.
Vient ensuite le match contre Albi, match A?pre et rugueux oA? l’engagement physique est de rigueur, et la dA�fense acharnA�e, jusqu’A� ce que nous trouvions la brA?che et marquions. Il ne reste plus beaucoup de temps A� jouer, et le match semble acquis si l’on tient le score en dA�fendant comme depuis le dA�but de la rencontre. HA�las, un relA?chement coupable permet aux Albigeois de progresser sur 15 mA?tres, consomme beaucoup trop de joueurs dans le maul, et met les Tarnais dans une position de deux contre 1 qu’ils exploitent A� merveille. Match nul, 1 partout. A�a gueule sur la ligne de touche! Notre prA�sident ne dit rien, mais n’en pense pas moins : c’est foutu.

La rencontre suivante nous oppose A� Lille, que nous dominons aisA�ment, mais sans marquer assez : un essai acrobatique de Pierre qui tourbillonne et plonge au-delA� de la ligne A� travers un trou de souris dans un mur lillois en dA�gommant deux joueurs comme aux quilles. Pas trA?s orthodoxe, mais aprA?s tout, en Aveyron, on joue aussi aux quilles. Le second essai est plus A�lA�gant, car il intervient sur une redoublA�e entre Pierre et Ben qui envoie Ben au-delA� de la ligne.

Avec attention nous regardons la rencontre entre le CA PA�rigueux et Toulouse. Les deux nous ont impressionnA�s, et nous craignons une surprise pA�rigourdine qui n’arrangerait pas nos affaires. L’engagement est rude, PA�rigueux tient bon, mais finit par craquer, comme les autres devant les petits ogres toulousains, et se faire manger A� la mA?me sauce. L’espoir renaA�t chez nous.

Le match est serrA�, A�a joue bien des deux cA?tA�s et surtout A�a dA�fend ardemment.A�PA�rigueux marque en premier. Une belle attaque des nA?tres met Pierre en position de marquer : plaquA� par deux joueurs il tend le bras pour aplatir, mais un troisiA?me ciel et blanc tape dans le ballon.. Toujours 1-0. Les jaunes et noirs ne relA?chent pas la pression, et se trouvent encore A� deux doigts de marquer, mais un parisien relA?che le ballon devant la ligne sous le coup d’un gros placage. PA�rigueux marquera une nouvelle fois, et s’imposera 2 A� 0, mais le match fut bien plus A�quilibrA� que ne le reflA?te le score. Au bout du compte, comme Lille perd son dernier match, nous sommes qualifiA�s pour les 1/16A?mes de finale, mais nous savons que ce sera dur, car, avec un mauvais classement en poule, nous risquons de tomber sur un gros morceau.

Repas en dA�calA� pour Fred et Julie, car trois joueurs sont allA�s faire un tour au plateau mA�dical avec Juju dont le mollet tire, et grignotage pour StA�phane et moi, qui avons attendu les joueurs en faisant des « relations publiques », puis sommes stoppA�s dans nos vellA�itA�s d’aller manger par l’arrivA�e de mes amis venus d’AriA?ge pour nous soutenir. Heureusement, StA�phane avait fait des provisions de saucisse sA?che au marchA� pendant le dA�filA�, et Robert est allA� nous chercher trois saucisses grillA�es. Merci Robert! Et puis c’est l’heure de retourner sur le prA�.

Match trA?s engagA� contre le Castres Olympique, puisque presque tous nos joueurs sont capables de faire de beaux placages offensifs, et de rA�cupA�rer les ballons derriA?re. Du coup, contre toute attente, nous dominons. PrivA�s de ballons, les Castrais tiennent toutefois bon en dA�fense, et notre domination demeure malheureusement stA�rile. Coup de sifflet final, sur un score vierge. Nous sommes A�liminA�s, car en cas d’A�galitA�, c’est le classement du matin qui dA�partage les A�quipes, et le CO est sorti premier de sa poule. Que de regrets! Si belle aurait A�tA� l’aventure au-delA� des 1/16A?me.

Alors, il faut vite se reconcentrer sur le trophA�e Ovalix, qui classe les clubs de la 17A?me A� la 32A?me place. Surprise, il y a du beau monde avec nous, dans ce trophA�e : Rodez, Albi A� nouveau, Stade Aurillacois, Firenze, nos amis, Limoges, Tyrosse, Balma, l’ASM, vainqueur l’andernier du Top 12… Nous allons rencontrer successivement le Stade Aurillacois, Balma, puis Firenze.

Le match contre Aurillac est engagA� lui aussi, mais nous arrivons A� tirer plus facilement notre A�pingle du jeu. Nous avons des ballons, nous construisons, mais la dA�fense cantalienne tient bon. Elle finit par cA�der une premiA?re fois sur une belle action conclue par Pierre qui trouve le trou et s’A�chappe. Elle cA?dera encore une autre fois.

Le match suivant contre Balma est trA?s A�quilibrA�. Bonne dA�fense des deux cA?tA�s, le ballon change sans cesse de mains car les placages offensifs des deux A�quipes sont trA?s efficaces et permettent de rA�cupA�rer des ballons, aussitA?t reperdus malheureusement. En outre, pour la premiA?re fois depuis le dA�but de la journA�e pour nous, l’arbitrage est assez mA�diocre : l’arbitre, ayant le coup de sifflet facile et rarement opportun, hache sans cesse le jeu, ce qui ne permet A� aucune A�quipe de dA�velopper du jeu. RA�sultat nul au terme de la rencontre.

L’ultime match est une vA�ritable aubaine : nous pouvons encore une fois jouer contre nos amis transalpins. La rencontre s’annonce belle, et sympathique. Coup d’envoi pour Firenze, sur Paul, qui relance, fait mine de prendre un trou, puis part en travers vers la touche, embarquant la dA�fense avec lui, pour finalement croiser avec Pierre, qui part A� l’essai. MA?me pas 10 secondes de jeu et nous menons. L’ouvreur Florentin, soucieux de ne pas commettre la mA?me erreur dans son coup de pied d’engagement, ne joue pas sur Paul, mais sur Pierre. PierreA�A�fait mine de prendre un trou, puis part en travers vers l’autre touche, embarquant la dA�fense avec lui, pour finalement croiser avec Paul, qui part A� l’essai. Au bout de trente secondes, nous menons deux A� zA�ro. Nous inscrirons encore deux essais dans cette rencontre, dont un autre trA?s beau par Pietro qui vient au terme d’un trA?s joli mouvement seconder l’ailier et aplatir en coin.

Maintenant, il faut attendre les rA�sultats. Quel que soit le trophA�e, Top 12, Ovalix, ou Papoune (du surnom du fondateur de l’A�cole de rugby de Rodez, prA�sent sur le site malgrA� ses 91 ans), seules trois A�quipes sont appelA�es sur le podium. Comme les Toulousains sont A� la douche, on commence par l’Ovalix. Surprise! Bonne surprise! Excellente surprise : sont appelA�es sur le podium Rodez, vainqueur de l’Ovalix, l’ASM, deuxiA?me, et deux autres A�quipes : Millau, et Paris 15!

Bravo les gars, c’est bien! C’est mA?me trA?s bien! Mais, vous comme nous, vous savez trA?s bien que A�a aurait pu A?tre encore mieux. Vous en avez les moyens! Alors arrA?tez de vous caguer dessus devant les Gros Clubs, appliquez-vous, progressez encore, faites ce que vous savez faire et que vous avez fait tant de fois dA�jA� par le passA�. Et vous aurez encore plus de plaisir et de joie.

Pour finir, le gag du jour : nos maillots ont eu du succA?s, et certains A�trangers notamment ont voulu en A�changer avec nos joueurs. Du coup, je me suis ruA� sur un gamin blond pour lui dire : « Quoi! T’es pas encore douchA�! File au vestiaire! ». Surprise pour lui, comme pour moi : ce n’A�tait pas un des nA?tres, mais un Gallois!

La suite en quelques images