La��abA�cA�daire des M11-2004 en CIFR-B

14 dA�cembre 2013, troisiA?me journA�e du championnat AZle-de-France. Contrat rempli en terre ovilloise (auparavant les A�A�HouillonsA�A�, mais ce gentilA� na��est plus usitA� depuis 1943) pour cette derniA?re triangulaire de la phase de brassageA�: avec A� la clA� 2 nouvelles victoires venant complA�ter les 4 prA�cA�dentes. La��heure du bilan A� mi-parcours, celui de dresser un petit abA�cA�dairea��

AouilleA�: il faudrait donc qua��elles soient aveugles pour ne pas craquer sur leurs bonnesa��

BouillesA�: terme familier rA�guliA?rement employA� pour qualifier la jolie frimousse de nos petits poussins.

CouillesA�: organes sensibles, objet central des chansons reprises en chA�ur dans le car du retour (A� ce titre, vivement que les hormones fassent de la��effet sur nos poussins afin qua��ils redescendent da��une voire deux octavesa��).

DouillesA�: aprA?s les matchs, le terrain doit en A?tre truffA� vue les A�A�cartouchesA�A� infligA�es par nos plaqueurs A� leurs adversairesa�� qui prennent cher (serait-ce donc ainsi la��origine du verbe A�A�douillerA�A� en argotA�?).

FouillesA�: les professionnels du jeu les ont bien remplies, alors que nos petiots sont bien loin de telles considA�rations pA�cuniaires, eux ne jouant que pour la beautA� du sport et de la camaraderie pendant et aprA?s le match.

GouilleA�: en argot, une volA�e de clochesa�� en bref, la coutumiA?re remontA�e de bretelles de la��entraA�neur A� la mi-temps le samedi.

HouillesA�: on y est venu, on a vu, on les a vaincu, puis on est repartu.

MouilleA�: je ma��abstiendrai ici de toute rA�fA�rence A� la��argot, dA�jA� qua��on a eu droit aux couilles juste avanta�� Disons simplement qua��il faut savoir mouiller le maillot sur le terrain. SynonymeA�: dA�crocher la caravane (expressions certes plus usitA�e en milieux footballistique qua��en ovalie).

NouillesA�: le plat prA�fA�rA� des rugbymen, riche en fA�culents et sucres lents. Et ce na��est pas parce qua��on en mange qua��on joue comme tel.

OuilleA�: aA?ea��A� ouillouillouillea�� aA?eaA?eaA?e… Ca��est rien mon gars, tout va bien, mA?me pas mal !

(les) PouillesA�: rA�gion du sud-est de la��Italie, A� la��opposA� de Florence oA? le RCP15 ira de nouveau cette saison dA�fendre les couleurs franciliennes.

RouilleA�: les poussins du RCP15 na��y sont guA?re exposA�s, mA?me par temps humide, leur jeu A�tant parfaitement huilA�.

SouilleA�: bourbier oA? le sanglier aime A� se vautrera�� une vA�ritable source da��inspiration pour le joueur de rugby, il na��y a qua��A� voir les maillots fangeux A� la fin da��une journA�e.

TouilleA�: la grosse cuillA?re en bois qui sert A� remuer le plat de nouilles sus-citA�.

Zouillea�� pedzouilleA�: peu dA�gourdi, rustre, lourdaud, balourd, pA�quenot, pignouf, plouc, rustauda�� vous la��aurez reconnu, tout la��inverse du vrai gentleman rugbyman digne da��A�voluer au RCP15.

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

RCP15 / HOUILLESA�A�A�A� 8 A� 2 (3 A� 2 A� la mi-temps)

RCP15 / LE BLANC MESNILA�A�A� match gagnA� par forfait (non prA�sent)

HOUILLES / LE BLANC MESNILA�A�A�A�A�A�A�A�A� match gagnA� par forfait (non prA�sent)

 

Et oui, encore le A�A�syndrome du dieselA�A� sur notre A�premiA?re mi-temps face A� Houilles qui nous met 2 essais en contreA�: une gouille toute personnelle A� mi-parcours envers le groupe de joueurs et da��un seul coup tout revient dans la��ordre avec un 5 A� rien sur la 2A?me pA�riode.

Le Blanc Mesnil brillant par son absence, on en a profitA� pour effectuer une 3A?me mi-temps sur le prA� en rA�pondant A� la bienveillante invitation de nos hA?tesA�: de nouveau A� sens unique et de nouveau 5 essais A� rien.

Alors on plie les gaules et on sa��en va rA�cupA�rer nos aA�nA�s 2002 jouant sur la commune voisine de CarriA?res/Seine [NDLRA�: compter au minimum 30min en bus]. Eux non plus na��ont pas fait dans la demi-mesure, remportant leur match sur un 10-0.

M11-2004 en CIFR-B A� Pantin : peut mieux faire

23 novembre 2013, deuxiA?me journA�e du championnat AZle-de-France. Cette fois-ci en terre pantinoise avec Noisy-le-sec comme 3A?me protagoniste. A la fin de la��aprA?s-midi, ce sont 2 nouvelles victoires pour le RCP15 tout en ayant dA�ployA� un jeu bien diffA�rent de la premiA?re journA�e.

Ne boudons pas notre plaisir, quoique le jeu fA�t diamA�tralement opposA� a�� tel Pantin la��est de Suzanne Lenglen – de celui prodiguA� voici 2 semaines A� domicile, fait de A� beau jeu A� tout en fluiditA� pourtant sous des gerbes da��eau. Il faut aussi dire que, vue la richesse de la��effectif RCP15, seuls 6 joueurs de la premiA?re journA�e sont reconduits sur la prA�sente feuille de match et 10 rentrent dans le grand bain. Autres joueurs, autres formes de jeu, mais toujours nourris da��une trA?s grande solidaritA� et da��un esprit collectif.

Ca��est mA?me A� se demander si on a pu voir 2 passes da��affilA�e au cours de la��aprA?s-midi. La plupart du temps, les matchs auraient pu se jouer dans un studio meublA� (ils voulaient tous figurer sur les photos en mA?me temps ? Ca��est rA�ussi) tant les 3/4 se coagulaient aux avants et sa��A�chinaient A� repartir quasi systA�matiquement dans le tas plutA?t que da��ouvrir vers les boulevards pA�riphA�riques. Encore aurait-il fallu prendre un peu de distance, de profondeur. Donc des sA�ries de mauls plus ou moins groupA�s-pA�nA�trant, ou bien des mA?lA�es ouvertes, avec son florilA?ge de fautes au sol ou de hors-jeu qui les accompagnent. Da��ailleurs, je renouvelle ici toutes mes fA�licitations A� la��arbitre local qui a dirigA� da��une main de maA�tre la rencontre entre son A�quipe et le RCP15.

Quant A� la dA�fense, A� vrai dire, pas grand-chose A� reprocher sur la��engagement de chacun et la qualitA� de leurs plaquages individuels voire mA?me A� deux, un peu comme au bon vieux temps du Gillette G2 lorsque la premiA?re lame soulevait le poil et la deuxiA?me le coupait avant qua��il ne se rA�tracte. Les 3 essais encaissA�s contre Pantin rA�sultent, A� la base, da��erreurs collectives dans les lignes de dA�fense ; une autre consA�quence des A� tas A� suscitA�s sus-citA�s.

Au bout du compte, une rencontre relativement A�quilibrA�e contre Pantin, avec malheureusement trop de ballons mal exploitA�s et qui auraient pu donner un plus large avantage ; le score est ainsi A�triquA�. Da��un autre cA?tA�, une euphorique hA�gA�monie face A� Noisy, A�quipe participante mais forfait pour cause da��effectif insuffisant donc complA�tA�s par des locaux.

Et tous mes remerciements A� nos 4 puis 4 joueurs qui, A� leurs tours sur les 2 mi-temps, ont complA�tA� les rangs de Noisy dans son match contre Pantin. Chacun sa��y est donnA� A� fond dans ces 10 minutes pleines par mi-temps, un bonus offert pour participer au jeu en allant au-delA� de la considA�ration de son maillota�� mais en prenant soin quand-mA?me de conserver sur soi son maillot jaune-et-noir, plaque pour le compte de Noisy !

Prochaine journA�e de championnat : juste avant la trA?ve des confiseurs, le 14 dA�cembre A� Houilles-CarriA?res/Seine, et Le Blanc-Mesnil pour complA�ter.

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

RCP15 / PANTIN 4 A� 3 (1 A� 1 A� la mi-temps)

RCP15 / NOISY (forfait) 9 A� 0 (5 A� 0 A� la mi-temps : score acquis, match gagnA�)

PANTIN / NOISY (forfait) 6 A� 1 (3 A� 1 A� la mi-temps)

M11-2004 en CIFR-B A� domicile : singing in the rain

9 novembre 2013, Suzanne Lenglen. PremiA?re journA�e du championnat AZle-de-France pour les A�coles de rugby franciliennes. Les poussins 2004 engagA�s en CIFR-B reA�oivent A� domicile, aux cA?tA�s des mini-poussins 2006 et benjamins 2002. Au programme : St Denis oA? ce jouera le soir un match contre les All Black, ainsi que Neuilly/Marne, deux clubs du A� 9-3 A� qui nous sont inconnus. PremiA?re impressions en arrivant sur le terrain : du lourd.

Oui, du lourd, juste la��impression que la��on ne joue pas dans la mA?me catA�gorie. Un peu comme si des bleuets dA�couvraient pour la premiA?re fois des tongiens arrivant sur le terrain. A� Heua�� Francis, on joue contre eux ? A�. HA�sitant, mais me devant tout de mA?me da��A?tre rA�confortant : A� Non, non ! Eux, cela doit A?tre des Benjamins A�. Il faut bien rassurer les pioupious comme on peut… Jetez donc un coup da��A�il aux photos.

A la��arrivA�e de la��A�quipe de St-Denis, Bertrand sa��A�tait enquis de leur dA�placement. Avaient-ils fait bon voyage ? Oui, oui, trA?s bien : partis en fin de matinA�e afin de dA�jeuner ensemble avant da��arriver A� Lenglen, sympa. Au menu, du grec. Sauf qua��ils doivent bien plus faire dans la moussaka ou la pita avec gyros copieusement accompagnA�e de pommes-frites (la version mA�diterranA�enne du hamburger) que dans la feuille de vigne ou bien la salade de tomate, concombre, olives, fA�ta et vinaigrette allA�gA�e nettement plus en vogue dans le 15A? lorsque la��on A�voque les spA�cialitA�s culinaires grecques. Sans exagA�rer – bien au contraire – en moyenne une tA?te au-dessus et au moins 10 A� 15 kg, soit tout de mA?me au bas mot un tiers de plus ce qui na��est pas rien quand on est en face. Et je souligne bien en moyenne, sans grossir le trait. Parlez-en A� Stanislas, notre demi de mA?lA�e, le plus menu da��entre nous (A� petit mais fA�roce A� comme dirait le fiston), qui sa��infiltrant avec vivacitA� dans la dA�fense sa��est fait tout bonnement soulever dans les airs comme un fA�tu de paille alors qua��un adversaire tentait vainement, et en sa��en amusant, de lui arracher le ballon de ses bras fermement serrA�s. Et je ne vous A�voque pas non plus les placements en mA?lA�es ordonnA�es (heureusement non poussA�es A� cet A?ge) : difficile de faire coA?ncider la hauteur des tA?tes, mA?me une fois abaissA�es !

Croyez-vous un seul instant que nos poussins auraient commencA�, avant mA?me de rentrer dans le match, A� douter, A� transpirer A� grosses gouttes sous la pluie qui ne cessait ? Et bien nullement, car nous avons bien da��autres atouts A� faire valoir.

Jeu da��attaque A� la fois individuelle et collective, tout en mobilitA�, fait de dA�placements, de passes, de renversements, de pA�nA�trations. Que dis-je, de transpercements. Et une dA�fense barbelA�e qui na��est pas en reste, elle aussi individuelle et collective. DA�monstration de plaquages A� tour de bras : plaquages bas, A� aux jambes A� voire dans les chaussettes, coller aux basques, ne pas lA?cher da��une semelle, plaquages offensifs, A� plusieurs si il le faut et parce qua��on y croit, et toujours se relever, se repositionner, garder sa ligne, avancer, faire reculer, bousculer, ne laisser ne se prA?tent guA?re A� ce type de jeu A� ouvert A�, on a vu sans cesse le souci de transmettre le ballon afin de poursuivre le mouvement et ainsi dA�border la dA�fense. Et mA?me si durant les matchs il y a beaucoup d’actions individuelles tranchantes se concluant par des gains de terrains ou des essais, notons aussi du bon collectif avec nombre de passes et globalement trA?s peu de dA�chet. Du A� grip A� sur la savonnette, faire vivre le ballon, poursuivre la��action jusqua��A� rendre les dA�fenses permA�ables.

Il faut dire que vu les trombes da��eau qua��on sa��est pris sur le coin du bec, il na��y avait plus grand chose da��impermA�ablea�� hormis la dA�fense quinziste ! Et peu importe ici la diffA�rence de gabarit paraissant indA�niablement en notre dA�faveur : rien ne passe. Il sa��en faut da��un tout petit rien pour conserver notre ligne vierge tout au long de la��aprA?s-midi, pour que nos 2 adversaires du jour partent chacun avec un 0 au planchot. Ah ! Cette cagade en fin de rencontre sur un A�niA?me coup da��envoi adverse, en faisant inopportunA�ment rentrer le ballon dans la��en-but, en la��aplatissant dans une certaine confusion, en offrant ainsi une mA?lA�e A� 5m de la ligne avec introduction adverse (remarquez que sur une action un peu similaire, Morgan Para na��a pas pu faire mieux le soir A� St Denis face aux All Black). La��arbitre sur le terrain ne sait da��ailleurs pas trop quoi siffler et se retourne vers le bord de touche pour prendre les instructions. Donc ligne de dA�fense RCP15 campA�e sur la ligne da��en-but, sauf que les 3/4 adverses ne respectent en rien les 5m de distance rA�glementaire par rapport A� leur mA?lA�e, sans pour autant A?tre sanctionnA�s ; autant de terrain dA�jA� gagnA� qui font la diffA�rence et qui permet ainsi A� Neuilly da��inscrire le seul et unique essai encaissA� par le RCP15 au cours de la��aprA?s-midi. En soit, une goutte da��eau par rapport A� la pluie da��essais inscrits par le RCP15.

Alors un grand bravo A� nos petits poussins.

Prochaine journA�e de championnat : le 23 A� Pantin, avec Noisy-le-Sec comme troisiA?me A�quipe. Encore du A� 9-3 A� direz-vous.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

RCP15 / St-DENIS 9 A� 0 (5 A� 0 A� la mi-temps : score acquis, match gagnA�)

RCP15 / NEUILLY 7 A� 1 (5 A� 0 A� la mi-temps : score acquis, match gagnA�)

NEUILLY / St-DENIS 4 A� 3 (2 A� 2 A� la mi-temps)

Deux beaux succA?s pour terminer l’annA�e

sac RCP 15

Pour le quatriA?me et dernier A�pisode de la premiA?re phase de la saison les 2001 avaient rendez-vous A� BrA�tigny-sur-orge pour affronter la��A�quipe locale et celle da��Athis Mons vA?tue comme nous de Jaune et Noir.

 

DA�jouant les prA�visions les plus pessimistes nous sommes arrivA�s A� la��heure prA�vue et mA?me avant nos adversaires da��Athis.A�AprA?s un A�chauffement trA?s sA�rieux nous pouvions dA�marrer les rencontres face A� nos hA?tes sur le terrain da��honneurA�!!

Les bleus et blancs prA�sentaient majoritairement des joueurs nA�s en 2000 pour certains beaucoup plus grands et plus lourds que nous. Comme trA?s souvent et en dA�pit e la qualitA� de la��A�chauffement nous dA�marrons trA?s mollement et face au vent nous subissons la pression de nos adversaires sans montrer grand-chose. Dans ce contexte atteindre la mi-temps sur le score de 0-0 na��A�tait pas une mauvaise affaire. Tous les espoirs restaient permis.

Pour le 2A?me match les gabarits de nos adversaires A�taient A�galement impressionnantsA�par contre les garA�ons ont su se mobiliser et A�lever leur niveau de jeu pour rA�aliser une performance de qualitA� avec 5 essais A� la clef (2 belles attaques bien menA�es avec de la vitesse et du dynamisme, 1 beau petit cotA�, 1 placage de Victor qui rA�cupA?re le ballon slalome dans la dA�fense et sa��en va marquer et enfin un essai sur le coup da��envoi suite au prA�cA�dent).A� Seule petite faute de goA�t 3 placages ratA�s sur le mA?me joueur (un grand costaud bien lancA�a��.) qui franchit notre ligne. Score A� la mi-tempsA�: 5 a�� 1 en notre faveur et repos bien mA�ritA�.

Le match entre BrA�tigny et Athis se termina sur un score trA?s sA�vA?re de 10 a�� 0 en faveur de BrA�tigny. Si la premiA?re mi-temps fut dA�sA�quilibrA�e (7 a�� 0) les jaunes et noirs da��Athis ont beaucoup mieux rA�sistA� en seconde mi-temps mais ont nA�anmoins encaissA� 3 essais supplA�mentaires en contre.

Pour la deuxiA?me pA�riode face A� BrA�tigny nos joueurs montrA?rent de trA?s belles choses avec du jeu rapide, des placages efficaces, du soutien permanent, des bons choix et un A�tat da��espritA� irrA�prochable. Sur un beau contre de FA�lixA� le RCP 15 rA�ussit A� franchir la ligne adverse. Certains observateurs avaient vu un en-avant mais la��arbitre valida la��essai. AprA?s avoir poursuivi sur le mA?me rythme nous avons remportA� la rencontre sur le plus petit des scores grA?ce A� une trA?s belle performance collective.

Pour la 2A?me mi-temps face A� Athis il na��y eu pas trop de relA?chement et le RCP 15 marqua 2 essais supplA�mentaires par FA�lix A� la conclusion da��une belle attaque en 1A?reA� main et par Emile dans son style caractA�ristique. Nos adversaires rA�ussirent A� franchir une fois notre ligne grA?ce A� un trA?s bel essai da��avants. Score final 7 -2.

A la��issue des 2 rencontres, les fA�licitations des A�ducateurs et dirigeants de BrA�tigny pour la qualitA� du jeu proposA�, notre habilitA� dans les rucks ou le jeu de ligne desA� A? na��A�taient pas pour nous dA�plaire.A�Avec ces 2 succA?s la��A�quipe termine cette premiA?re phase invaincue. Bravo A� tous, passez de bonnes fA?tes de fin da��annA�e et on se retrouve en 2013 pour continuer sur le mA?me rythme.

PSA�: pas de photos malheureusement les photographes A�taient pour une fois aux abonnA�s absents.

M13 CIFR B : Bagatelle pour un « sacre »

Nos 2001 ont rencontrA� Paris-Neuilly et l’entente Val d’Orge sur le prA� de Bagatelle ce samedi 17 novembre, lors de la seconde journA�e de brassage du CIFR B. Deux courtes victoires, obtenues de haute lutte.

 

Samedi 17 novembre. Il fait froid, et humide, le brouillard enveloppe les tours de La DA�fense et l’humiditA� venant du ciel rejoint celle qui monte de la Seine, insensiblement. Sur le prA� de Bagatelle sont rA�unis les enfants de trois clubs : Paris Neuilly, Val d’Orge, entente crA�A�e entre les clubs de Savigny et de Longjumeau, et nos M13 nA�s en 2001. Chez nos adversaires, dont les effectifs sont un peu, voire beaucoup pour les Essonniens, plus rA�duits que les nA?tres, les A�quipes mA?lent 2001 et 2000.

C’est par la premiA?re mi-temps de la rencontre entre RCP 15 et Paris Neuilly que l’aprA?s midi dA�bute. Nos jeunes sont brouillons, font souvent de mauvais choix, des travers, conservent le ballon pour aller A� pA�ter systA�matiquement sur une dA�fense solide, bloquent l’adversaire en le ceinturant au lieu de le plaquer, font des retours intA�rieurs… Bref… A�a bouillonne sur la touche et A�a gueule A� tout va du cA?tA� des parents prA�sents et de l’A�quipe dirigeante!

Tout d’un coup, un A�clair surgit : Pierre Lesage lance son 10 du jour, Paul Gollety, qui attaque la ligne A� la Skrela, crA�e un trou, passe les bras et donne A� Pierre Simon, qui fixe et dA�cale ClA�ment, qui fixe A� son tour et dA�cale un joueur (Emile, je crois) surgi dont ne sait oA? (A�lA�ment qui accrA�dite l’hypothA?se Emile) et qui va marquer le premier essai. Les supporters et les dirigeants applaudissent, croyant tous que leur A�quipe s’est enfin rA�veillA�e. Erreur! Ils dorment encore… Tant et si bien que sur un renvoi un peu long, ils cafouillent, commettent des fautes indescriptibles, car seul ce qui peut A?tre compris peut A?tre dA�crit. Toujours est-il qu’aprA?s des tergiversations qui nous laissent pantois, le ballon traA�ne dans notre en-but sous le regard hagard de trois de nos joueurs qui l’entourent, A� disposition d’un joueur de Paris Neuilly qui n’aura qu’A� plonger pour A�galiser. De mA�moire, je crois que c’est l’essai le plus stupide que cette A�quipe ait encaissA� depuis que je les suis, donc depuis dA�jA� cinq ans. Le doute s’installe sur la touche… A�a pue tout A�a… On va prendre cher si A�a continue… MA?me moi, je gamberge : « eh ben… aprA?s la blessure la plus stupide de l’histoire A� Rodez, l’essai le plus con de l’histoire du rugby… On est mal barrA�… »

Le pire, c’est que A�a recommence… Des travers, des joueurs qui se transforment en coffres A� ballons…. De temps en temps une fulgurance du 10 et des centres, mais comme la dA�fense de Paris Neuilly est trA?s organisA�e et vigilante, cela ne passe pas. Jusqu’A� la dA�livrance, proche de la mi-temps. Suite A� un coup de pied tactique de Paul, Pierre Simon conteste le ballon au dA�fenseur Vert et Orange, un maul se forme, Pierre arrache le ballon, et, propulsA� par la meute noire et jaune qui pousse de tout son cA�ur, il s’effondre dans l’en-but. A la mi-temps, les A�quipes se sA�parent sur le score de 2 essais A� 1, qui sera le score final, d’ailleurs, ce qui me dispense de vous narrer la seconde mi-temps, qui ne fut qu’une guerre de tranchA�es.

Il n’y aurait pas grand chose A� dire non plus sur la premiA?re mi-temps contre Val d’Orge, sinon qu’elle fut pour nos joueurs un long et douloureux calvaire. Vue de loin, l’A�quipe de Val d’Orge paraissait dA�jA� impressionnante avec ses grands gabarits. De beaux poulets, comme on dit dans le Sud-Ouest, millA�simA�s 2000 et 2001, A� cA?tA� desquels les nA?tres passeraient pour des rA�fugiA�s du Darfour. Vus de prA?s, les poulets courent vite, sont agiles, ont de la technique et sont bien organisA�s. Et surtout, ils ont A� leur tA?te un coquelet qu’il faudra suivre, A� mon avis. Il fait A� peu prA?s la taille de Gaspard et de Vincent (nos deux 2000 les plus grands), il va trA?s vite, il passe bien les bras, il a une passe trA?s sA�re, d’excellents appuis, de la vista, de l’intelligence, de la tactique, le sens du jeu et des autres, de l’altruisme, de la gA�nA�rositA�… Bref, il a tout pour lui, et aussi de nombreux ballons qu’il exploite trA?s bien bonifie toujours. Et en plus, il tire toute son A�quipe vers le haut, et la met dans une belle dynamique de jeu, qui transforme l’A�quipe de Val d’Orge en une curieuse hybridation de rouleau compresseur et de Ferrari. En face, nos joueurs sont loin d’afficher leurs qualitA�s habituelles, en revanche, et ce joueur d’exception fait la diffA�rence. Il marque par trois fois, et offre un essai tout fait A� l’un de ses coA�quipiers. A la mi-temps, le score est de 4 A� 0 en faveur de Val d’Orge.

Dans l’A�quipe comme sur la touche, c’est la tristitude. Alors, au debriefing, A�a gueule, forcA�ment. Le plus remontA�, c’est Fred, qui ne veut pas perdre contre son premier club, celui oA? il a commencA� le rugby. Entre considA�rations techniques, conseils, critiques, A�lucubrations des joueurs dA�boussolA�s, Fred fait entendre sa voix, celle du prophA?te : « En vA�ritA� je vous le dis, vous pouvez leur passer 6 essais en deuxiA?me mi-temps. Vous le pouvez! Sans problA?me! Il suffit de le vouloir! » Vox clamans in deserto, ou bien…?

Que nenni! Fred, en vA�ritable MoA?se des bords de Seine et sans mA?me l’aide d’un bA?ton de berger, rA�ussit A� faire s’A�carter la mer rouge de la honte et A� faire refluer les vagues noires du doute qui habitait nos jeunes. Jugez-en par vous-mA?me, A? vous, incrA�dules lecteurs! Vous qui ne faisiez pas partie, ce samedi, de la foule des 12 apA?tres du 15A?me pataugeant dans la boue du 16A?me!

Coup d’envoi trA?s bien tapA�, cafouillage essonnien, rebond favorable, et premier essai pour Paris 15. Me faisant le relai de la parole du prophA?te, je crie : « Plus que 5 A� marquer! On reste concentrA� ». Et concentrA�s, ils le sont : Paul attaque la ligne, toujours en mode Skrela, Pierre fixe sans ballon et transmet A� ClA�ment. « Plus que 4! ». Val d’Orge se reprend et son joueur d’exception marque A� nouveau. « On recommence, les gars, il en reste encore 5! ». Toujours concentrA�s, ils envoient du jeu, se dA�cident enfin A� plaquer au lieu de bloquer, A� aller chercher le joueur au lieu de l’attendre. Ils sont plus rapides dans les soutiens et dans les rucks. Et A�a continue A� envoyer du jeu, A� faire vivre le ballon, comme ils savaient si bien le faire les annA�es prA�cA�dentes. « Plus que 4! » « Plus que 3 ». « Plus que 2 » Le magnifique leader de Val d’Orge, qui a fait un boulot A�norme tout l’aprA?s-midi et encaisse maintenant des placages rA�pA�tA�s sort, extA�nuA�. Il a tout donnA� pour son A�quipe. En face, les noirs et jaunes continuent leur pressing, rA�cupA?rent des ballons et attaquent A� tout va, font courir l’adversaire jusqu’A� l’essoufflement. L’engagement est total, et nous perdons des joueurs : Ulysse, Paul Neuhoff, etc… Mais tous sont motivA�s, tous sont A� fond, y compris les dA�butants de cette annA�e qui font leur baptA?me du feu en championnat. Ils marquent A� nouveau, revenant donc A� A�galitA�, 5 essais partout : « Plus qu’un! » Un essai encore, pour passer devant. Et voilA�, c’est fait. Il ne reste plus que 2 minutes environ. Il faut tenir, mais le meilleur moyen de tenir, c’est de continuer la pression, de continuer A� rA�cupA�rer des ballons, de continuer A� attaquer… Les trois coups de sifflet retentissent. C’est la fin. C’est la victoire de tous les joueurs, aussi belle qu’inattendue. Un trA?s grand bravo A� tous, pour cette remontA�e magnifique, qui doit servir d’exemple et de leA�on.

C’est la victoire, en effet, mais c’est aussi le sacre, celui du ProphA?te Fred, celui qui, sur la plaine de Bagatelle, a rA�vA�lA� A� nos jeunes les tables de la loi du rugby, dont le premier commandement est : « Tu ne douteras point! », et le dernier « Quand on veut, on peut ».

 

[box type= »info »]

RA�sultats de l’aprA?s midi :

RC Paris Neuilly – RC Paris 15 : 1 – 2

 

RC Paris 15 – RC Val d’Orge : 6 – 5

 

RC Paris Neuilly – RC Val d’Orge : 2 – 7

[/box]

 

 

 

M13 : L’art et la maniA?re

sac RCP 15

Avec l’art et la maniA?re, les M13 nA�s en 2000 remportent les finales territoriales CIFR B.

A�

 

Pour un joueur, comme pour un A�ducateur, certaines journA�es restent inoubliables car elles sont exemplaires des plaisirs que le rugby nous procure. Ces finales territoriales furent une belle fA?te dont les 15 joueurs du RCP 15 demeureront les rois A� tout jamais. Ils ont A�tA� vaillants, solidaires, patients et attentifs. Dans une poule relevA�e comprenant Garches, Finances et le Racing Club, nos joueurs ont, dA?s le dA�but, marquA� ce tournoi de leur empreinte. Les avants conduits par un capitaine exemplaire, font des merveilles. La deuxiA?me ligne percute, secoue ses vis-A�-vis et parvient A� plusieurs reprises A� franchir le rideau dA�fensif, permettant ainsi au soutien dans la��axe de progresser vers la��en-but. Le souci de se passer le ballon est constant, celui de le rA�cupA�rer dans tous les regroupements est rapidement payant. De mieux en mieux lancA�e, la paire de centre montre la��exemple A� toute la ligne arriA?re. Le ballon reste sur le terrain. Aucune touche ne sera jouA�e lors des deux premiers matchsA�!

 

Les joueurs du RCP 15 sortent premiers de la poule aprA?s avoir battu Finances par 3 essais A� rien, fait match nul contre les joueurs entreprenants du Racing Club de France (malgrA� un pressing offensif qui ne nous permet pas de concrA�tiser. Nous faisons mA?me un en-avant dans la��en-but adverse) et dominA� Garches 4 A� zA�ro.

A� la mi-journA�e, la��A�quipe ne sa��emballe pas. Les joueurs restent concentrA�s. La complicitA� qui les lie peut les conduire plus loin encore. Aucune individualitA� ne tente da��imposer ses opinions au groupe. Autant que la maA�trise technique ou la puissance physique, ca��est cet A�tat da��esprit qui permet A� cette A�quipe de se prA�senter en quart de finale avec sA�rA�nitA�. Avec une petite sieste rA�paratrice dans le vestiaire et un petit discours de motivation, nous revoilA� sur le prA� pour affronter le SCUF. Dire que ce match fut unilatA�ral est un euphA�misme. A� aucun moment, nos adversaires ne nous ont rA�ellement inquiA�tA�s. Notre pilier, Vincent Accardo, fait parler sa puissance et franchit par six fois le premier rideau. Il marque 4 des 5 essais de notre A�quipe qui na��en encaisse aucunA�! Vincent, comme le capitaine de la journA�e, Nicolas Jacques, montre la��exemple. RepositionnA�s en deuxiA?me ligne, Enzo Riga et Gaspard Rey font des miracles. Les soutiens sur les porteurs de balle sont impeccables. Nous jouons devant et cela paye. Nous devrons nA�anmoins apprendre aussi A� dA�velopper notre jeu dA�ployA� et A� nous faire des passes lancA�s A� pleine vitesse. Nous jouons trop souvent arrA?tA�sA�!

Les quarts de finales sont nettement plus corsA�s. Nous tombons sur la��A�quipe Une de Suresnes, trA?s, trop, sA�re da��elle. Cette fois, le match est trA?s accrochA�. Nous oublions da��abord de plaquer. Nous jouons en reculant. Notre charniA?re est mise trop souvent sous pression. Il faut revenir au combat, bloquer les vagues, se calmer et reprendre le cours de notre jeu. Ca��est ce que nous faisons et cette fois, nos avants, percutants, mais plus fatiguA�s, parviennent A� repousser les attaques adverses sans parvenir A� franchir. FA�briles, les joueurs de Suresnes se mettent A� la faute sur plusieurs regroupements. Sous pression, ils commettent des en-avants qui nous permettent da��obtenir des mA?lA�es. Nos joueurs dA�cident alors de repositionner nos deuxiA?me lignes au centre. Choix judicieux. Tour A� tour, Gaspard et Enzo franchissent.

A� trente secondes de la fin, aprA?s un groupA� pA�nA�trant dA�vastateur, notre demi de mA?lA�e, Johan et notre demi da��ouverture, Cyprien, dA�cident de jouer un petit cA?tA� (alors que le grand cA?tA� A�tait quasiment videA�mais nosA� garA�ons jouent plus facilement sur leur passe naturelle A� gauche. Il faudra sa��entraA�ner A� se faire des passes A� droitesa��).

Le ballon parvient en bout de ligne pour un essai da��A�cole. Nous ne sortirons plus du camp de nos adversaires. Un A� zA�ro, le plus petit score, mais nous na��avons toujours pas encaissA� da��essai.

La finale se joue une heure plus tard aprA?s une autre petite sieste. Et oui, nos joueurs peuvent rester couchA�s plus de 20 minutesA�en fermant les yeux ! Une fois de plus, Vincent Accardo sa��endort aussitA?t. Ca��est un pro de la rA�cupA�ratonA�! Les joueurs du Stade franA�ais nous attendent de pied ferme et le match sera particuliA?rement A?pre. A� trop vouloir marquer, nous dA�jouons durant deux bonnes minutes. Une fois de plus, nous reculons. Notre charniA?re a beaucoup de mal A� trouver des solutions. Les soutiens sont trop en retard et nous perdons des ballons au grattage. Heureusement, les joueurs du Stade franA�ais na��osent pas envoyer le ballon vers la��aile. Trop souvent, nos trois-quarts convergent vers le ballon et les regroupements. Ils laissent des trous bA�ants dans notre dA�fense. Les joueurs du Stade franchissent notre ligne da��en-but une fois, mais notre arriA?re, Arthur Madignier, repousse le porteur de balle qui commet un en-avant. Heureusement, cela ne se reproduira plusA�! La��A�quipe soudain remet la marche en avant. Une fois de plus, les avants montrent la��exemple. Nous retrouvons notre jeu. AprA?s une sA�rie de pick and go au centre du terrain, nous obtenons une pA�nalitA� A� 10 mA?tres de la ligne adverse. Le ballon sort proprement du ruck qui suit notre attaque. Cyprien Audy sa��en empare et mystifie la dA�fense adverse. Deux crochets suffisent A� le propulser dans la��en-butA�! Un A� zA�ro, ce sera le score finalA�!

 

Je suis fier de cette belle A�quipe, A�quilibrA�e, sereine, heureuse de jouer au rugbya�� Bravo A� tousA�!

M11 CIFR B : entrA�e, plat, dessert A� Gennevilliers

EntrA�e, plat et dessert au menu du 31 mars A� Gennevilliers : l’appA�titA�vient en mangeant… mais tout n’A�tait pas aussi facile A� avaler.

 

AprA?s plusieurs jours de plein soleil, c’est le grisaille qui a accueilliA�nos joueurs pour cet aprA?s midi A� Gennevilliers. Ceci explique probablementA�un dA�marrage difficile… Mais les premiers adversaires, Vincennes, A�taientA�de taille dans tous les sens du terme! Dur dur pour l’apA�ro. Courageux lesA�gars du RCP XV ont rA�sistA� et montrA� de belles choses mais n’ont pu A�viterA�un essai sans parvenir A� franchir eux-mA?me la ligne adverse…

Le second match oppose nos garA�ons A� Gennevilliers. IntimidA�s au dA�but faceA�A� une A�quipe comptant un joueur hors norme, ils commencent toutefois sur lesA�chapeaux de roue. BriefA�s par Romain, ils neutralisent A� trois ou quatreA� »l’homme et demi » de Gennevilliers, et aplatissent A� deux reprises… commeA�Gennevilliers… La note aurait pu A?tre plus salA�e pour Gennevilliers, unA�essai du RC XV A�tant finalement refusA� par l’arbitre…

 

 

Les douceurs sont arrivA�es avec le dernier match contre Pontoise : lesA�garA�ons sont bien en place et offrent A� Romain peut-A?tre le plus bel essaiA�de la saison. Sur une action partie de leur ligne, le ballon passe dans lesA�mains de chaque joueur pour traverser tout le terrain. Superbe combinaison!A�L’A�clair A�tait bien lA� pour le dessert. Le match se finit sur un score de 3-1 en faveur du RCP 15.

Bref, une belle journA�e dans la bonne humeur, une rA�elle progression dans leA�jeu, et pour finir aprA?s cette dA�bauche d’A�nergie un sympathique gouterA�attendait nos joueurs… »

 

M13 CIFR B : trois belles victoires et du beau jeu.

A� Gennevilliers RCP 15 remporte trois belles victoiresA�: Vincennes – 4 A� 1A�; Gennevilliers – 4 A� 1A�; Cergy-Pontoise – 6 A� 0.

 

Du rugby, encore du rugby, des mouvements da��ampleur, des ballons qui parviennent jusqua��aux ailes, du jeu dA�ployA�, des avants perforants en attaque, intraitables en dA�fense, irrA�prochables sur les phases de jeu arrA?tA�, une charniA?re impeccable qui joue au diapason, un demi da��ouverture qui na��aura de cesse de faire jouer ses partenaires tout en exprimant son immense talent en dA�fense. Au niveau des lignes arriA?res, nous aurons vu, chose inA�dite, quelques passages de bras, des passes dans le dos, un soutien quasiment constant dans la��axe, des appels de balle dans le bon tempoa��

Que direA�de plusA�sinon que nos joueurs ont su A�lever leur niveau de jeu et dA�jouer les piA?ges tendus par des adversaires certes plus faibles techniquement mais ayant du rA�pondant au niveau purement physique. Gennevilliers et Pontoise possA�daient en effet des joueurs, et joueuses de la��annA�e 99 avec des mensurations impressionnantes. Mais nous avons fait courir ces colosses tout la��aprA?s-midi et ils se sont vite essoufflA�s. Les entraA�nements payentA�! Il faut continuer A� rA�pA�ter nos gammesa��

Contre Vincennes, nous faisons la��entame parfaite en appliquant la consigneA�: marquer notre entrA�e dans ce tournoi en plaquant nos adversaires. AcculA� sur notre ligne pendant deux A� trois minutes nous reprenons le dessus et parvenons A� perforer trois fois en premiA?re mi-temps. A� la reprise, nous marquons A� nouveau, notre demi de mA?lA�e, particuliA?rement inspirA� ce samedi et trA?s bien servi par ses avants, sa��infiltrant dans un trou de souris. MA?me scA�nario contre Gennevilliers dont nous stoppons toutes les attaques et qui recule mA?me sur plusieurs mauls. Le match face A� Pontoise na��est qua��une formalitA�, 6 essais en 8 minutesa��

Mais ces victoires sans appel ne doivent pas nous faire oublier, qua��il nous faut encore travailler, profiter de cette excellente dynamique pour faire progresser notre jeu. Cela passera par une attention particuliA?re apportA�e au jeu dA�ployA�, A� notre placement en attaque et en dA�fense. Il faut gommer certains errements individuels et utiliser la coordination de nos lignes arriA?res pour travailler notre vitesse, crA�er les surnombres, acquA�rir les automatismes qui nous permettront de mieux lire le jeu adverse, crA�er des brA?ches, prendre les intervalles en accA�lA�rant.A�Si nous avons su profiter de la faiblesse technique de nos adversaires du jour, il faudra crA�er les conditions de la victoire sur les matchs A� venir en dA�stabilisant les dA�fenses.

Nos lancements de jeu sont encore trop lents. Certains joueurs sont toujours surpris lorsque la��attaque change de cA?tA� autour des phases de jeu statique, ruck, maul, mA?lA�es. Pour espA�rer surprendre nos prochains adversaires, qui seront da��un autre gabarit que ceux que nous avons affrontA�s A� Gennevilliers, il faut cesser de jouer A�A�arrA?tA�sA�A� de faA�on traditionnelle, convenue et donc prA�visible. Notre marge de progression est importante. Ce groupe, par son attention, par la��ardeur qua��il met au combat, par la solidaritA� dont il fait preuve, montre combien le rugby est un sport da��A�quipe, de liens affectifs, de gA�nA�rositA� et de sA�rieux. Samedi, les individualitA�s se sont tues derriA?re le collectif. Personne na��a rA�clamA� le ballon A� cors et A� cris, en vitupA�rant une passe mal exA�cutA�e, un oubli ou un mauvais placement. Je na��ai entendu que des encouragements et des indications, des conseils et des fA�licitations. Tous les joueurs de cette belle A�quipe doivent A?tre citA�s. Tous ont fait preuve de courage et da��application. Tous les dirigeants de ce plateau CIFR ont rendu hommage A� la��esprit qui vous anime et A� la supA�rioritA� indA�niable de votre jeu. Travaillons encore et toujours, restons attentifs, amusons-nous ensemble. Le meilleur est A� venir. Je suis fier de vousa��

Serge

M11 M13 : dA�but des phases finales CIFR

Alors que la phase de brassage s’est terminA�e au mois de janvier, le calendrier des championnats CIFR A et B pour les poussins et les benjamins vient de sortir. A vos agendas, pour y noter les rencontres A� venir!

 

Le travail des organisateurs fut long et difficile, et ce n’est que tout rA�cemment qu’ils viennent de porter A� notre connaissance l’organisation de la prochaine phase des Championnats CIFR A et CIFR B. PremiA?re surprise, nous n’aurons pas A� disputer de nouveaux matchs de poules, puisque nous allons directement rentrer dans les phases finales. La consA�quence majeure est la suppression de la journA�e du 10 mars, qui avait A�tA� retenue comme premiA?re journA�e des matchs de poules de qualification et de classement.
La prochaine journA�e de championnat aura donc lieu le 31 mars, et se dA�roulera sous forme de 15 plateaux quadrangulaires, qui permettront d’A�tablir les classements pour les finales du 2 juin.

Notre A�cole 1 aura la joie de recevoir les clubs de Plessis-Meudon, de Melun, et de retrouver le Racing Club de France, dA�jA� rencontrA� lors de la premiA?re phase. L’A�cole 2, quant A� elle, A�se dA�placera sur le terrain bien connu de Gennevilliers, oA? elle affrontera aussi Vincennes et Cergy Pontoise.

Nous comptons sur vous pour venir nombreux encourager vos enfants.

 

[tabs slidertype= »top tabs » fx= »fade » autospeed= »5000″] [tabcontainer] [tabtext]CIFR A (1999-2001)[/tabtext] [tabtext]CIFR B (2000-2002)[/tabtext] [/tabcontainer] [tabcontent] [tab]

JOURNEE DU 31 MARS 2012
M11 & M13 – ECOLE 1 (1999-2001) – CIFR A – PLATEAU nA�6
Rugby Club Paris 15 1
Plessis-Meudon
Racing Club de France 1
RMCS (Melun)

[/tab] [tab]

JOURNEE DU 31 MARS 2012
M11 & M13 – ECOLE 1 (2000-2002) – CIFR B – PLATEAU nA�12
Gennevilliers 2
Rugby Club Paris 15 2
Cergy Pontoise 2
RC Vincennes 2

[/tab] [/tabcontent] [/tabs]

 

Pour connaA�tre la composition des autres plateaux, cliquez ici.

M13 CIFR B : sueurs froides, maA�trise, plaisir

Le terrain de Stains ayant A�tA� dA�clarA� impraticable au dernier moment, nos benjamins premiA?re annA�e ont donc affrontA� la��ACBB au cours da��un match de poule (2X12 minutes) et da��une rencontre amicale (2X10 minutes).

 

Le match de championnatA�: des sueurs froides, de la maA�trise et du plaisira��

Encore une belle prestation da��ensemble pour ce groupe dont les qualitA�s physiques, techniques et morales sa��affirment A� chaque rencontre. Mais, force est da��abord de constater que nous avons un mal fou A� dA�buter nos matchsA�! Les premiA?res minutes sont un vA�ritable calvaire pour nos joueurs, leurs supporters et leur entraA�neur. Peu de placages rA�ussis, aucune agressivitA� positive sur les ruck ou les mauls, nous sommes trop timorA�s, A�vitons trop la confrontation pour peser sur nos adversaires. Il faut aussi veiller A� ne pas se focaliser sur les regroupements en mobilisant des joueurs qui sont plus disponibles pour dA�fendre dans le champ. Face A� une A�quipe de Boulogne bien regroupA�e, intraitable au placage, nous rendons da��abord beaucoup de ballon avant de faire jeu A�gal. Avec le moral, la maA�trise revient enfin. DerriA?re des avants conquA�rants (Enzo et Gaspard infatigablesA�; Baptiste trA?s combatif), la charniA?re (Pablo et FranA�ois) produit un jeu da��une trA?s belle qualitA� technique, anticipant les montA�es dA�fensives de la��adversaire. Nos trois-quarts (Maxime, CA?me, Baudoin et Cyprien) font mal, attaquent sans cesse la ligne da��avantage, tentent de dA�border sur la��aile et fatiguent leur vis-A�-vis. Ceux-ci, dA�boussolA�s, sont moins vaillants lors des charges de nos piliers. Ils cA?dent par deux fois sous les coups de boutoirs. 2 A� 0 A� la mi-temps.

La seconde pA�riode est entiA?rement A� notre avantage. MalgrA� la rentrA�e de joueurs de grand format, la��ACBB ne passera jamais. AprA?s un essai refusA� pour un en-avant dans la��en-but, nous marquons A� la suite da��un dA�bordement sur la��aile et campons dans les 22 mA?tres adverses, malheureusement sans rA�sultats car nos joueurs sont fatiguA�s. Un peu plus de jeu collectif aurait sans doute permis de voir le ballon arriver sur la��aile. Nous travaillerons ces phases de jeu A� la��entraA�nement. 3 A� 0, score final.

 

La rencontre amicaleA�: Attaque, dA�fensea�� un affrontement riche da��enseignementsA�!

Face A� une A�quipe de la��ACBB fatiguA�e, nos remplaA�ants font leur entrA�e et vont rA�aliser A� leur tour une trA?s belle prestation. Si Enzo reste sur le terrain pour une deuxiA?me rencontre durant laquelle il va encore faire preuve de beaucoup de vaillance, certains joueurs assurent des postes inhabituels pour eux (Lucas/pilier, Paul Marc/talonneur). Ils vont pourtant faire montre da��un sacrA� courage et da��une belle intelligence de jeu. Les deux A�quipes nous offrent da��ailleurs un spectacle trA?s agrA�able. On se passe la balle. On joue dA�complexA�s derriA?re des regroupements parfaitement structurA�s. A� la��aile, Arthur nous gratifie de quelques belles envolA�es grA?ce A� de jolis appuis. Sacha est intraitable au placage, repoussant sans trA?ve les attaques adverses. Notre charniA?re sa��en sort bien et Carl prend de la��assurance au cours de la rencontre. Mais, moins pA�nA�trants devant et incapables de se passer la balle dans de bonnes positions, nous avons toutefois du mal A� peser assez sur le match pour pouvoir la��emportera��

Match nul, 2 A� 2, A� la fin du temps rA�glementaire. Tous nos joueurs peuvent A?tre fiers. Je suis, en ce qui me concerne, trA?s fier de leurs efforts pour faire des progrA?s ensemblea��

Merci A� tous pour cette belle aprA?s-midi de Rugby.

 

Serge TignA?res

 

Si vous n’A�tiez pas prA�sents, ou si vous voulez revivre ces instants, la Famille BA�rard a pensA� A� tout. Merci A� eux pour ce beau clip :