M13 CIFR A : du bonheur sur le prA�

sac RCP 15

Ce samedi rendez-vous A�tait pris A� domicile avec les A�quipes de Suresnes et Clichy pour notre 2A?me journA�e de championnat.
Le temps A�tait parfait pour jouer au rugby.

 

PremiA?re mi-temps face A� la redoutable A�quipe de Suresnes, nos garA�ons prenaient le match par le bon bout et mettaient une pression terrible sur nos adversaires, les avants se battaient comme des lions, pour gagner de nombreux ballons et pousser nos adversaires A� la faute. Ca��est fort logiquement que nous prenions rapidement la��avantage.
Et nos garA�ons na��en restaient pas lA�, ils continuaient leur travail et notre ligne de A? se mettait au diapason et nous doublions la mise. Mais nos adversaires A�taient da��une trA?s grande qualitA� (rA�cents finalistes du tournoi international de Lille) et parvenaient A� passer pour marquer un bel essai. Sur la derniA?re action nous marquions encore une fois pour mener 3-1 A� la mi-tempsA�!
Nous avons assistA� A� 12 minutes de rA?ve de la part de notre A�quipe, nos adversaires A�taient trA?s forts et notre niveau de jeu A�tait da��autant plus impressionnant.

Suresnes se reprenait face A� Clichy en inscrivant 4 ou 5 essais A� 0.

Un gros quart da��heure de repos et premiA?re mi-temps de notre 2A?me match face A� Clichy. Le repos neA� nous avait pas profitA� et nous A�tions bien empruntA�s sur ce match, nos avants perdaient un peu de leur superbe, les soutiens un peu trop A�loignA�s, les placages moins dA�cisifs, mais une marquions tout de mA?me 3 essais pour aucun encaissA� face A� une bonne A�quipe.

Nous enchainions avec la seconde pA�riode de notre match face A� Suresnes. Nos garA�ons parvenaient A� se reconcentrer pour dominer les 3 premiA?re minutes sans malheureusement conclure, et la fatigue se faisait sentir, quelques fautes de main nous coutaient bien cher, les impacts commenA�aient a faire mal et nous concA�dions 3 essais, ce qui faisait 4-3 A� la��avantage de Suresnes. Mais comme je la��ai dA�jA� dit, nos garA�ons sont courageux et nous parvenions A� marquer sur le renvoi sur une action bien confuse.
Mais un placage ratA� et Suresnes reprenait la��avantage, sur la derniA?re action Suresnes dA�gageait en touche. RA�sultat dA�faite 5-4.
Nos garA�ons perdent ce match da��un niveau trA?s A�levA� pour cette catA�gorie, BRAVOA�!

Suresnes passait de nombreux essais A� Clichy lors de leur seconde pA�riode, pour finir sur un score de 9 A� 0.

Pour la derniA?re mi-temps face A� Clichy, nous faisions pas mal tourner la��effectif, rA�sultat 2-1 soit au total victoire 5-1 face A� une A�quipe qui nous avait fait beaucoup de mal la��an dernier.

Encore une trA?s belle performance da��ensemble, nos avants ont bien travaillA�, ils ont mis la��A�quipe dans le bon sens et nous commenA�ons A� voir de bonnes choses de nos A?.
Nous devons garder en tA?te notre premiA?re mi-temps face A� Suresnes et tenter de reproduire ce type de performance.
Fred, Pascal et moi avons A�tA� particuliA?rement impressionnA� par cette performance et souhaitons encore fA�liciter et surtout remercier le groupe entier pour ces 12 minutes de bonheurA�!
Il nous reste maintenant A� gommer les quelques erreurs individuelles ou de placement.

A mercredi pour la��entrainementA�!

Merci

Sam

M11 CIFR A : la journA�e des regrets

Nous recevions ce samedi les clubs de Suresnes et de Clichy pour la seconde journA�e de brassage. Elle se solde par une large victoire contre Clichy, une courte dA�faite contre Suresnes, mais surtout beaucoup de regrets, A� commencer par celui de ne pas avoir su produire du jeu cette fois-ci.

 

Nous avions de la chance. Pour la seconde fois nous recevions, et le beau temps A�tait au rendez-vous. SA�bastien avait A�galement pu se rendre disponible pour venir retrouver les sensations inoubliables qu’il avait eu avec les enfants il y a deux ans lors de leur saison impressionnante. Nous avions pu dA�caler le match des cadets prA�vu en mA?me temps que nos rencontres. MalgrA� les difficultA�s que cela supposait, les deux clubs que nous attendions A�taient arrivA�s avant 14 h. Les parents avaient prA�parA� de nombreux gA?teaux, qui avaient l’air tous plus dA�licieux les uns que les autres… Bref, tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, comme aurait pu le dire mon maA�tre A� penser, Gottfried Wilhelm Leibniz.

Le plateau se dA�roula de la faA�on suivante : RCP 15 – RC Suresnes pour commencer, puis RC Suresnes – Clichy, puis RCP 15 – Clichy, en mi-temps alternA�es, comme il se doit. Sur le plateau, l’entrA�e en matiA?re prit donc des allures de plat de rA�sistance. En effet, Suresnes est sans aucun doute une des meilleures A�coles de rugby d’Ile de France. De la rA�sistance, nos joueurs en firent preuve, dA�fendant vaillamment et plaquant sans cesse des adversaires aussi joueurs et corrects que costauds. Les deux A�quipes font jeu A�gal, et c’est sur un score de paritA�, un essai partout, que la mi-temps intervient. Mais nous avions perdu Edouard pour la suite des hostilitA�s, victime d’une blessure A� l’oreille qui lui vaudra un beau turban, puis 5 points de suture en fin d’aprA?s-midi.

Le match suivant opposa Suresnes A� Clichy, qui, au terme de la premiA?re mi-temps, dominait son sujet et menait par 4 essais A� zA�ro.

Ce fut ensuite A� notre tour d’affronter le CS Clichy, qui, lA� aussi, est une trA?s belle A�cole, peuplA�e de nombreux enfants joueurs, vifs et souriants, et tous dotA�s d’un excellent esprit. Nos petits pratiquA?rent un rugby relativement dA�cevant sur cette premiA?re mi-temps, mA?me s’ils franchirent quatre fois la ligne notamment grA?ce A� l’opportunisme et A� la puissance de FA�lix. Bien que gavA�s de ballons grA?ce A� une pression constante mise sur l’adversaire au plaquage, nos petits se cantonnaient dans un jeu stA�rA�otypA�, peu imaginatif et oubliaient trop souvent d’A�carter les ballons pour prA�fA�rer la percussion. A ce jeu-lA�, nombreux furent ceux qui firent le pas, voire les pas de trop, et perdirent le ballon pour avoir voulu le donner trop tard.

La mi-temps fut l’occasion d’une remise au point de la part des coachs et des dirigeants, dont le discours fut pourtant des plus clairs, mais qui, apparemment, entra par une oreille pour ressortir par l’autre, sauf pour Edouard, bien sur 😉 La seconde mi-temps contre Suresnes fut tout aussi engagA�e que la premiA?re, mais l’entA?tement de nos A�joueurs A� vouloir perforer les enceintes de confinement de l’EDR de Suresnes (Francis, elle est pour toi celle-lA�!) signa peu A� peu leur perte. Pierre, qui jusque-lA� avait assurA� de prA�cieux et nombreux plaquages qui avaient fait reculer l’adversaire dut quitter le terrain pour rejoindre Edouard au club des enturbanA�s. Une brA?che s’ouvrit dans le mur jaune et noir, et Suresnes planta une nouvelle banderille dans notre en-but. Nos joueurs ne baissA?rent nullement les bras, mA?me s’ils commirent quelques fautes de main aussi regrettables qu’inhabituelles, mais hA�las, tels de petits taureaux furieux, ils s’A�chinA?rent A� foncer droit devant dans les piliers du pont de Suresnes, au lieu de tenter de contourner le Mont-ValA�rien. A force de laisser vainement autant d’A�nergie dans leurs charges inutiles, ils finirent par relA?cher leur pression dA�fensive, et Suresnes franchit une derniA?re fois la ligne pour donner l’estocade d’un troisiA?me essai. Suresnes sortit donc en triomphe par la grande porte, et mA?me avec deux oreilles.

Les Verts continuA?rent ensuite leur splendide rA�cital offensif contre les Rouge et Blanc de Clichy, et aggravA?rent considA�rablement le score, pour s’imposer 10 A� 0.

Sous les encouragements respectifs des cadets de nos deux clubs qui devaient s’affronter peu aprA?s, la seconde mi-temps de la rencontre contre Clichy se dA�roula sur rythme trA?s hachA�, peu propice A� ce qu’une A�quipe ou l’autre puisse construire quoi que ce soit. Sans convaincre, sans produire beaucoup de jeu, nos jaunes et noirs marquA?rent encore trois essais, mais qui n’effacA?rent en rien, ni chez nous ni chez eux, les regrets que tous pouvions avoir d’A?tre passA�s A� cA?tA� en cet aprA?s-midi splendide.

Les regrets seront sans doute d’autant plus forts que les dA�fauts et les travers sont toujours les mA?mes. DA?s que l’adversaire est d’un trA?s bon niveau et d’un gabarit solide, et quand le premier essai tarde A� venir, nos petits ont cette fA?cheuse tendance, que nous avons dA�jA� trop souvent soulignA�e,A�A� chercher des solutions individuelles et A� vouloir passer en force. Il va donc falloir travailler longuement, pour qu’A� l’avenir, dans des situations similaires, ils se rA�fugient, quand ils se sentent en danger, dans le brA�viaire des automatismes d’un jeu collectif et d’A�vitement, et non pas dans l’expression anarchique des puissances individuelles. Il est vrai qu’ils ont la chance de disposer, dans leur A�quipe, de nombreuses individualitA�s d’un talent peu commun pour ce jeune A?ge. Mais tout jouer lA�-dessus ne fait pas progresser, ni l’A�quipe, ni chaque joueur. Et en plus, le plaisir d’avoir crA�A�, d’avoir construit, n’est pas au rendez-vous. Autant de raisons d’avoir des regrets, et de se remettre au travail avec sA�rieux, et conviction.

D’autres, fort heureusement, ont montrA� durant cet aprA?s-midi qu’ils apprenaient vite et qu’ils avaient bien travaillA� : ce sont nos dA�butants. AprA?s avoir A�tA� associA�s A� tout durant le dA�but de l’aprA?s-midi – certains sont mA?me entrA�s en jeu dans les rencontres officielles-, nos dA�butants et quelques anciens ont disputA� sous la houlette de Julie un long match amical contre une autre A�quipe de Clichy, oA? ils se sont imposA�s par 4 essais A� 0. Ils progressent de faA�on continue, et seront bientA?t, pour certains, en mesure de disputer avec leurs camarades plus aguerris des rencontres de haut niveau en toute sA�curitA�. Et c’est lA� le point le plus positif de cette seconde journA�e de brassage.

Comme d’habitude A� Suzanne, tout s’est fini en dA�gustant les gA?teaux que les parents avaient prA�parA�s. Un grand merci A� tous les parents qui ont rA�galA� tous nos jeunes joueurs, visiteurs et locaux. Vos gA?teaux ont A�tA� tellement apprA�ciA�s qu’il n’en n’est pas restA� une miette, au grand regret des cadets qui se disaient sans doute que les petits n’allaient quand mA?me pas manger tout A�a. A chacun ses regrets 😉