Firenze 2014 : appena al caviglia (sinistra) !

Pentecôte italienne pour les Poussins 2004, engagés au « torneo Borelli » du rugby club de Florence. Des matchs flamboyants sous une chaleur étouffante et une seule défaite – déconcertante – alors que nos petits dominaient l’une après l’autre les équipes italiennes, de la tête aux pieds…

 

Soleil de plomb pour ce week-end italien débuté tôt le samedi par une visite de la ville de Florence, de ces édifices historiques, jusqu’à monter l’après-midi sur le belvédère situé tout là-haut, là-haut à la basilique de San Miniato al Monte (on pouvait s’en doutait qu’il fallait y monter) offrant une vue imprenable sur la vallée de l’Arno et la cité des Médicis en contrebas. Des kilomètres à pied sous d’ardents rayons jusqu’à la fin de la journée, au moment de répartir les enfants dans les familles florentines pour un peu de repos avant le tournoi du lendemain.

On n’est pas chez nous alors on s’adapte et on se comprend avec les mains : entrée protocolaire des équipes sur le terrain à chaque début de match, échanges d’amabilités, le choix du terrain ou de l’engagement est effectué par un « morra cinese », c’est-à-dire un « carta forbice sasso » dans le texte… bref, un pierre feuille ciseau ; un truc avec les mains quoi ! Puis un jeu sans mêlées, sans lancers en touche, sans coups de pieds ; bref, tout à la main, on se comprend.

Le premier match dans le grand stade oppose les visiteurs parisiens aux locaux florentins. Les consignes avaient été passées auparavant dans les vestiaires : des passes, des courses tranchantes, encore des passes, se dégager des regroupements, des appels de balles, ouvrir et avancer en offrant un maximum de jeu vers les ailes. Les consignes sont alors appliquées à la lettre, les essais s’enchaînent les uns après les autres dans une joie palpable. Victoire sans contestation par 9 à 0.

Changement de terrain pour le second et déjà dernier match de la Poule triangulaire, à présent face à Sesto. On quitte le gazon pour de la terre battue, nous dirons un terrain qui avait connu l’herbe voici bien longtemps au point d’en oublier la couleur que cela pouvait avoir. C’est donc dans une poussière terreuse que les poussins RCP15 s’exposent à leur second adversaire. Malheur ! L’excès de confiance accumulé lors du match d’ouverture se retourne contre nous, chacun ayant quelque peu oublié que le rugby est avant tout l’engagement d’une équipe solidaire sur le terrain, que l’individualisme n’est rien coupé de ses soutiens surtout si ceux-ci tardent à s’y employer. Match physique et brouillon à l’opposée du précédent, la qualité du terrain n’aidant en rien, mais victoire quand même 1à 0. Cela permet aussi de remettre les pendules à l’heure et de se rappeler les fondamentaux, les consignes assenées dans les vestiaires avant le premier match.

En étant vainqueur de la Poule, nous débutons alors les phases finales de classement : un 1/4 à disputer contre Vasari. Ce sera le plus gros score de la journée, un 10 à rien en dominant de la tête aux pieds nos adversaires, ces derniers ne nous arrivant pas à la cheville… enfin, si, car sur un magnifique plaquage à retardement (peut-on d’ailleurs encore parler de retardement vu le délai écoulé entre le moment où le porteur du ballon s’en est séparé et le moment où il se fait sécher ?), ils arrivent justement à la cheville qui ne peut résister. Médecin diligenté sur le terrain, puis sortie en civière sous une haie d’honneur des partenaires pour le combattant blessé. Un examen hospitalier puis une radio de profil et de face plus tard, le diagnostic ne révélera aucune séquelle, on peut donc revenir à ce pour quoi on est venu : du rugby pour les enfants.

Livorno est l’adversaire désigné pour la demi-finale. Sauf qu’il est ici impossible de parler de match de rugby car ce n’en était pas un, tant les règles appliquées par l’arbitre local étaient à sens unique, intolérables, laissant d’un côté très librement se dérouler hors-jeux et autres défenses illicites pour l’équipe italienne et de l’autre côté sanctionnant toute position défensive ou annihilant toute attaque française sans explication. Jusqu’à, et c’est un comble, accorder un essai italien avant même que le ballon n’ait franchi la ligne. Jusque là rien à redire, à présent impossible de jouer ce match dans de telles conditions. La défaite d’un essai est courte, mais forcément déroutante, cuisante pour les enfants. Car comment pouvoir leur expliquer l’inexplicable, l’incompréhensible, ou alors qu’il ne l’est malheureusement que de trop ?

Privé abusivement de finale, nous sommes reversés dans la petite finale nous opposant à la très belle équipe de Sesto, issue des barrages, celle-là même qui nous avait donné le plus de difficultés le matin. Mais comme on ne commet pas deux fois les mêmes erreurs, il est dit maintenant qu’ils ne nous arriveraient pas à la cheville (et pas de fracture comme on pouvait le craindre une heure avant, c’est déjà çà). Le match est une démonstration du RCP15, inscrivant essai sur essai, s’adjugeant ainsi par un 5 à zéro la 3ème place du podium alors qu’ils auraient dû accéder à la finale.

 

M13 : Rodez 2013, un bon cru!

Le Top 12, plus important tournoi au monde pour les M13 redevient une tradition chez nous. L’A�popA�e de cette annA�e se termine en beautA�, faisant du millA�sime 2013 un bon cru pour nos M13.

Partis de Paris en bus couchettes le vendredi A� 23h, nous fA�mes accueillis le lendemain A� 7h par nos charmantes amies ruthA�noises Sylvie, chargA�e de nous accompagner durant tout le week-end, et Isabelle. Quel plaisir de les retrouver, toujours avec le mA?me sourire et la mA?me joie e vivre malgrA� l’heure matinale et le rythme effrA�nA� d’un week-end plus qu’intense pour elles, tout cela autour d’un petit dA�jeuner dA�licieux et copieux au buffet de la gare de Rodez.A�MalgrA� le manque de sommeil, les mines sont rA�jouies, et les langues bien pendues nous font commencer la journA�e dans la bonne humeur.

 

Les festivitA�s du samedi

L’installation au lycA�e Monteil terminA�e, il fallut se changer vite et redescendre dans la cour pour attendre le signal du dA�part. LA�, nos joueurs retrouvaient avec plaisir leurs amis florentins et s’amusA?rent ensemble bruyamment A� se faire A� 36 des passes volleyA�es avec un mini ballon de rugby, sous les yeux A�tonnA�s des autre dA�lA�gations prA�sentes. Vint ensuite l’heure du dA�filA� dans les rues de Rodez, sous une pluie battante, oA? nos charmants bambins firent entendre leurs voix, et leur rA�pertoire… Sans commentaire…

ArrivA�s A� Vabre pour le dA�jeuner – une excellente daube de bA�uf A�tait au menu -, nous dA�couvrA�mes avec surprise que le soleil A�tait revenu. Vint alors le temps des rencontres amicales, aprA?s un petit entraA�nement. Nous rencontrA?mes successivement les Irlandais de Muskerry, nos amis Italiens de Firenze, et, aprA?s s’A?tre abritA�s quelques minutes pour A�viter un nouveau dA�luge, nos habituels partenaires du samedi, les verts et blancs de Pic Saint Loup. L’aprA?s-midi fut loin d’A?tre concluant : un engagement dA�cevant, A�normA�ment de fautes de mains, de jeu, et mA?me des bA�vues monumentales. Une conclusion optimiste s’imposait : ils avaient sans doute voulu A�puiser leur stock de conneries A� faire le samedi, pour A�viter d’en faire le dimanche.

AprA?s cet A�chauffement agrA�able, retour A� Monteil dans le bus de nos amis italiens, car nos chauffeurs n’avaient plus le droit de conduire. On se douche et on se change vite, avant de repartir au LycA�e Saint Joseph pour le dA�ner, encore avec nos amis italiens, et toutes les autres dA�lA�gations logA�es A� Monteil. Ensuite, dA�part pour l’AmphithA�A?tre, salle de concerts de Rodez, pour la soirA�e de prA�sentation des A�quipes. Retour A� Monteil dA?s la fin de la prA�sentation pour les joueurs et leurs cinq accompagnateurs officiels, tandis que nos trois supporters goA�tent au joies d’un dA�licieux buffet.

 

Les hostilitA�s du dimanche

Le lendemain, c’est le grand jour. RA�veil des enfants A� 6h30 par un curieux personnage vA?tu de tongs, d’un jean gris, et d’un maillot RCP 15 de taille XS : par consA�quent, le prochain qui me dit que son maillot est trop petit, je lui rA�ponds que si moi je rentre dans du XS, son maillot peut encore lui aller de nombreuses annA�es 😉

AprA?s un bon A�chauffement, cA�rA�monie des hymnes. Les enfants sont heureux, ils chantent A� pleins poumons l’hymne national, ou les hymnes pour Pietro, qui a pu en chanter deux, lui.
Et c’est le dA�but des hostilitA�s dans notre « poule de la mort », dA�but difficile, puisque nous commenA�ons par affronter le Stade Toulousain. Que dire? Sinon que je n’ai jamais vu une A�quipe aussi monstrueuse! des monstres de technique individuelle, d’organisation, de physique. Quand je dis physique, je ne parle pas de taille, bien que certains beaux bA�bA�s, comme Joshua Brennan, soient en mesure de nous toiser tous du haut de ses 12 ans, adultes compris. Non, je parle de vivacitA�, de rapiditA�! Ils ont des cannes de feu ces gosses, et malgrA� la rA�sistance, pas toujours trA?s performante des nA?tres, nous encaissons 5 essais et comprenons que certains ont dA� A?tre tA�tanisA�s par la renommA�e de l’adversaire avant d’A?tre terrassA�s par son talent. Cinq essais, comme toutes les autres A�quipes qui rencontreront le stade Toulousain dans la matinA�e.
Vient ensuite le match contre Albi, match A?pre et rugueux oA? l’engagement physique est de rigueur, et la dA�fense acharnA�e, jusqu’A� ce que nous trouvions la brA?che et marquions. Il ne reste plus beaucoup de temps A� jouer, et le match semble acquis si l’on tient le score en dA�fendant comme depuis le dA�but de la rencontre. HA�las, un relA?chement coupable permet aux Albigeois de progresser sur 15 mA?tres, consomme beaucoup trop de joueurs dans le maul, et met les Tarnais dans une position de deux contre 1 qu’ils exploitent A� merveille. Match nul, 1 partout. A�a gueule sur la ligne de touche! Notre prA�sident ne dit rien, mais n’en pense pas moins : c’est foutu.

La rencontre suivante nous oppose A� Lille, que nous dominons aisA�ment, mais sans marquer assez : un essai acrobatique de Pierre qui tourbillonne et plonge au-delA� de la ligne A� travers un trou de souris dans un mur lillois en dA�gommant deux joueurs comme aux quilles. Pas trA?s orthodoxe, mais aprA?s tout, en Aveyron, on joue aussi aux quilles. Le second essai est plus A�lA�gant, car il intervient sur une redoublA�e entre Pierre et Ben qui envoie Ben au-delA� de la ligne.

Avec attention nous regardons la rencontre entre le CA PA�rigueux et Toulouse. Les deux nous ont impressionnA�s, et nous craignons une surprise pA�rigourdine qui n’arrangerait pas nos affaires. L’engagement est rude, PA�rigueux tient bon, mais finit par craquer, comme les autres devant les petits ogres toulousains, et se faire manger A� la mA?me sauce. L’espoir renaA�t chez nous.

Le match est serrA�, A�a joue bien des deux cA?tA�s et surtout A�a dA�fend ardemment.A�PA�rigueux marque en premier. Une belle attaque des nA?tres met Pierre en position de marquer : plaquA� par deux joueurs il tend le bras pour aplatir, mais un troisiA?me ciel et blanc tape dans le ballon.. Toujours 1-0. Les jaunes et noirs ne relA?chent pas la pression, et se trouvent encore A� deux doigts de marquer, mais un parisien relA?che le ballon devant la ligne sous le coup d’un gros placage. PA�rigueux marquera une nouvelle fois, et s’imposera 2 A� 0, mais le match fut bien plus A�quilibrA� que ne le reflA?te le score. Au bout du compte, comme Lille perd son dernier match, nous sommes qualifiA�s pour les 1/16A?mes de finale, mais nous savons que ce sera dur, car, avec un mauvais classement en poule, nous risquons de tomber sur un gros morceau.

Repas en dA�calA� pour Fred et Julie, car trois joueurs sont allA�s faire un tour au plateau mA�dical avec Juju dont le mollet tire, et grignotage pour StA�phane et moi, qui avons attendu les joueurs en faisant des « relations publiques », puis sommes stoppA�s dans nos vellA�itA�s d’aller manger par l’arrivA�e de mes amis venus d’AriA?ge pour nous soutenir. Heureusement, StA�phane avait fait des provisions de saucisse sA?che au marchA� pendant le dA�filA�, et Robert est allA� nous chercher trois saucisses grillA�es. Merci Robert! Et puis c’est l’heure de retourner sur le prA�.

Match trA?s engagA� contre le Castres Olympique, puisque presque tous nos joueurs sont capables de faire de beaux placages offensifs, et de rA�cupA�rer les ballons derriA?re. Du coup, contre toute attente, nous dominons. PrivA�s de ballons, les Castrais tiennent toutefois bon en dA�fense, et notre domination demeure malheureusement stA�rile. Coup de sifflet final, sur un score vierge. Nous sommes A�liminA�s, car en cas d’A�galitA�, c’est le classement du matin qui dA�partage les A�quipes, et le CO est sorti premier de sa poule. Que de regrets! Si belle aurait A�tA� l’aventure au-delA� des 1/16A?me.

Alors, il faut vite se reconcentrer sur le trophA�e Ovalix, qui classe les clubs de la 17A?me A� la 32A?me place. Surprise, il y a du beau monde avec nous, dans ce trophA�e : Rodez, Albi A� nouveau, Stade Aurillacois, Firenze, nos amis, Limoges, Tyrosse, Balma, l’ASM, vainqueur l’andernier du Top 12… Nous allons rencontrer successivement le Stade Aurillacois, Balma, puis Firenze.

Le match contre Aurillac est engagA� lui aussi, mais nous arrivons A� tirer plus facilement notre A�pingle du jeu. Nous avons des ballons, nous construisons, mais la dA�fense cantalienne tient bon. Elle finit par cA�der une premiA?re fois sur une belle action conclue par Pierre qui trouve le trou et s’A�chappe. Elle cA?dera encore une autre fois.

Le match suivant contre Balma est trA?s A�quilibrA�. Bonne dA�fense des deux cA?tA�s, le ballon change sans cesse de mains car les placages offensifs des deux A�quipes sont trA?s efficaces et permettent de rA�cupA�rer des ballons, aussitA?t reperdus malheureusement. En outre, pour la premiA?re fois depuis le dA�but de la journA�e pour nous, l’arbitrage est assez mA�diocre : l’arbitre, ayant le coup de sifflet facile et rarement opportun, hache sans cesse le jeu, ce qui ne permet A� aucune A�quipe de dA�velopper du jeu. RA�sultat nul au terme de la rencontre.

L’ultime match est une vA�ritable aubaine : nous pouvons encore une fois jouer contre nos amis transalpins. La rencontre s’annonce belle, et sympathique. Coup d’envoi pour Firenze, sur Paul, qui relance, fait mine de prendre un trou, puis part en travers vers la touche, embarquant la dA�fense avec lui, pour finalement croiser avec Pierre, qui part A� l’essai. MA?me pas 10 secondes de jeu et nous menons. L’ouvreur Florentin, soucieux de ne pas commettre la mA?me erreur dans son coup de pied d’engagement, ne joue pas sur Paul, mais sur Pierre. PierreA�A�fait mine de prendre un trou, puis part en travers vers l’autre touche, embarquant la dA�fense avec lui, pour finalement croiser avec Paul, qui part A� l’essai. Au bout de trente secondes, nous menons deux A� zA�ro. Nous inscrirons encore deux essais dans cette rencontre, dont un autre trA?s beau par Pietro qui vient au terme d’un trA?s joli mouvement seconder l’ailier et aplatir en coin.

Maintenant, il faut attendre les rA�sultats. Quel que soit le trophA�e, Top 12, Ovalix, ou Papoune (du surnom du fondateur de l’A�cole de rugby de Rodez, prA�sent sur le site malgrA� ses 91 ans), seules trois A�quipes sont appelA�es sur le podium. Comme les Toulousains sont A� la douche, on commence par l’Ovalix. Surprise! Bonne surprise! Excellente surprise : sont appelA�es sur le podium Rodez, vainqueur de l’Ovalix, l’ASM, deuxiA?me, et deux autres A�quipes : Millau, et Paris 15!

Bravo les gars, c’est bien! C’est mA?me trA?s bien! Mais, vous comme nous, vous savez trA?s bien que A�a aurait pu A?tre encore mieux. Vous en avez les moyens! Alors arrA?tez de vous caguer dessus devant les Gros Clubs, appliquez-vous, progressez encore, faites ce que vous savez faire et que vous avez fait tant de fois dA�jA� par le passA�. Et vous aurez encore plus de plaisir et de joie.

Pour finir, le gag du jour : nos maillots ont eu du succA?s, et certains A�trangers notamment ont voulu en A�changer avec nos joueurs. Du coup, je me suis ruA� sur un gamin blond pour lui dire : « Quoi! T’es pas encore douchA�! File au vestiaire! ». Surprise pour lui, comme pour moi : ce n’A�tait pas un des nA?tres, mais un Gallois!

La suite en quelques images

 

 

Firenze: joies, regretsa�� souvenirs

Ce week-end A�tait cochA� depuis longtemps dans le calendrier des 2001. Comme depuis de nombreuses annA�es nous allions franchir les Alpes pour rejoindre Firenze et retrouver nos amis italiens.A� Cette annA�e nous pouvions reprendre A�A�nos habitudesA�A� avec un voyage direct en train de nuit. La��excitation A�tait grande vendredi soir A� la Gare de Lyon pour les 19 joueurs et les accompagnateurs se prA�paraient A� une nuit difficilea��..

DA�part A� la��heure, tout le monde sa��installe dans son compartiment. TrA?s vite le pique-nique commence et se poursuit par quelques jeux. AprA?s quelques heures tout le monde dort A� poings fermA�s A�A� part un compartiment da��irrA�ductiblesA� qui jusque loin dans la nuit continuera A� bien sa��amuser. Au rA�veil un petit dA�jeuner pour se mettre en forme et sA�ance de rangement. Pour certains il ya du boulotA�!!

Nous arrivons A� la��heure prA�vue (dA�cidemment tout a changA� pour ceux qui se souviennent de notre A�A�expA�ditionA�A� en 2011)A� et sommes comme A� la��accoutumA� accueillis par quelques parents / dirigeants du Rugby Firenze 1931 qui se chargent des bagages de la dA�lA�gation du RCP 15.

Nous voilA� partis dans les rues de la ville des MA�dicis. PremiA?re halte pour un petit chocolat, un jus da��orange ou un espresso pour les plus grands. La��heure encore matinale nous permet de profiter des splendeurs de la ville sans que nos jolis poussins jaunes ne sa��A�garent au milieu de la foule des touristes (Piazza San Giovanni, Piazza della signoria, passage devant la Galleria degli Uffizi, traversA�e de la��Arno sur le Ponte Vecchio). Nous dA�cidons de monter sur la colline jusqua��A� la basilique di San Miniato al Monte pour profiter de la vue magnifique sur la ville (vous pouvez juger par vous mA?me avec la photo qui illustre ce petit texte).

Il A�tait grand temps de faire une pause et da��aller manger une pizza sur la Piazza della Signoria. A�Le jeune rugbyman parisien rA�cupA?re vite et nous poursuivons la visite (Piazza del Mercato Nuovo,A� la cathA�drale Santa Maria del Fiore, le battistero di San Giovanni,..) sans oublier la��indispensable pause pour les gelattiA�!!!

Le moment A�tait venu de rejoindre la via Paoli et le stade de rugby juste en face du stadio Artemio Franchi (celui des manchots de la Fiorentina) ainsi que les familles qui allaient accueillir nos petits parisiens jusqua��au lendemain. Je crois que les enfants ont tous passA� de bons moments en dA�couvrant la gastronomie italienne et pour certains la douceur de la campagne toscane.

Le lendemain vers 8H30 nous retrouvons tout le monde pour le grand jour dA�diA� au rugby et disputer la 7A?me A�dition du tournoi Francesco Borelli parmi un millier da��enfants venus de toute la�?Italie et sous le regard da��Alfredo Gavazzi le PrA�sident de la FA�dA�ration Italienne de Rugby.

Nous avons la chance de dA�buter le tournoi rA�unissant, dans cette catA�gorie, 16 A�quipes sur le terrain da��honneur face au Firenze Rugby Club (la��un des 2 autres clubs de la ville) par une victoire relativement facile (8-0) en A�tant pour une fois bien concentrA� dA?s la premiA?re minute. Le deuxiA?me match face A� la��A�quipe 2 de nos amis Rouge et Blanc fut un peu plus accrochA� mais se solda lui aussi par une victoire (5-0). Le jeu prA�sentA� na��A�tait peut A?tre pas extraordinaire mais il y avait beaucoup de sA�rieux et tout le monde A�tait impliquA�. Le dernier match contre le Benetton Trevise avait pour certains des airs de revanche. Cette A�quipe avait A�liminA� le RCP 15 en demi-finale la��an dernier. En 2013 il na��y eu pas vraiment de match et le mA�rite en revient aux 19 joueurs jaunes et noirs qui la��emporte 10-0.

Bilan de la phase de Poules 3 matchs a�� 3 victoires. 23 essais marquA�s a�� 0 encaissA�. Si les tA?tes ne gonflaient pas trop et si le chaud soleil florentin restait supportable la suite de la journA�e pouvait A?tre belle.

Encore 2 matchs A� gagner avant da��aller reprendre des forces en mangeantA� la pasta puis de disputer la finalea��.. Surtout ne pas se dA�concentrer et croire que tout sera facile.

Premier obstacle sur la route un quart de finale contre Brescia qui ne sa��annonA�ait pas simple mais en dA�marrant pied au plancher les petits parisiens faisaient douter leurs adversaires qui finissaient par cA�der et encaisser une dA�faite un peu lourde (6-0). Tout le monde une fois encore a contribuA� A� cette victoire et un Tournoi de ce genre se gagne en A�quipe en permettant par des changements rA�guliers que tous les joueurs conservent des forces pour aller au bouta��a��si possible.

Dernier match de la matinA�e et demi-finale contre Arezzo. Le rythme ne faiblit pas et les jaunes et noirs ne laissent pas respirer leurs adversaires pour la��emporter 8-0.

Cette matinA�e se termine bien et tous les espoirs sont permis mais aprA?s un repas bien mA�ritA� nous savons que la��attente est longue jusqua��A� la finale tant attendue.A� Ce sera le dernier match du tournoi aprA?s les finales moins de 8 et moins de 10. Allons nous enfin A� ramener A� Paris le maillot de FrancescoA�?

Bien installA�s A� la��ombre des arbres au fond du terrain, un peu A� la��A�cart des tribunes qui se remplissent les 19 joueurs semblent assez sereins et certains en profitent mA?me pour lire la��Equipe et le compte rendu de la finale du Top 14 (merci Stefano).

La finale des U8 voit la victoire de Livorno face au Benetton Trevise. En U10 le Benetton la��emporte devant Brescia alors que le RCP15 termine A� une superbe 3A?me place en dA�pit d’un effectif des plus rA�duits.

Pendant ce temps il fallait bien remettre la machine en route et la��A�chauffement fut menA� avec sA�rieux mais on sentait que la tension montait. Ils avaient hA?te da��en dA�coudre mais ce na��est pas A�vident de jouer devant une foule compacte avec un speaker dA�chainA� et des supporters enthousiastes hurlant A�A�Parigi, Parigi, a��A�A� pour couvrir les encouragements en faveur des verts de Livourne.

 

PrA�sentation des A�quipes et ca��est partiA�!! Coup da��envoi pour le RCP 15, un beau placage, bonne pression, ballon rA�cupA�rA�, ouverture petit cA?tA�, retour de ClA�ment sur le grand cA?tA�, une belle percA�e, un relai dans la��axe et essai de FA�lixA�!!!! Impossible de mieux dA�marrer et on se dit qua��avec un peu de chance et beaucoup de sA�rieux comme depuis le dA�but de la journA�e cette fois ci ce sera peut A?tre la bonne.

 

Erreur, grave erreurA�!!! Ballon cafouillA� sur le renvoi,A� grosse pression des verts qui jouent trA?s bien au pied pour repousser les parisiens sur leur ligne. AprA?s plusieurs temps de jeu et une belle attaque essai en coin. Tout est A� refaire mais le festival des mauvais choix, des placements hasardeux et des erreurs techniques commence. Ca��est dur de gA�rer le stress et de contrer une A�quipe bien en place.

En dA�pit des encouragements du public les jaunes et noirs passent la��essentiel de la mi-temps dans leur camp sans parvenir A� se dA�faire de la��emprise des petits hommes verts. Les avants font plutA?t jeu A�gal avec leurs adversaires mais les A? sont un peu en panne da��inspiration. Personne na��est lA� pour remettre de la��ordre et retrouver un peu de sA�rA�nitA�. La deuxiA?me mi-temps ressemble A� la premiA?re et sur une passe A� hauteur ca��est la��interception fatale. Plus rien ne sera marquA�. Quelle tristessea��.et ce na��est pas la��A�change des maillots avec leurs vainqueurs A� la fin du match qui consolera nos joueurs.

 

MalgrA� tout il faut les fA�liciter pour ce trA?s beau parcours et espA�rer que la prochaine fois ils sauront trouver les ressources pour mieux gA�rer ces moments si particuliers.

 

 

Les M13 au Top 12

AprA?s deux ans d’absence, notre club retrouvait l’ambiance chaleureuse et survoltA�e du Top 12, le plus grand tournoi international benjamin. Ce baptA?me du feu a contribuA� A� construire une A�quipe pleine de promesses.

 

Le Top 12 de Rodez, c’est avant tout un rite initiatique pour les jeunes joueurs de notre club. Tout comme le Tournoi Borelli de Firenze, il constitue l’un des premiers dA�placements lointains qu’effectuent nos joueurs pour participer A� un tournoi relevA�, en l’occurrence, pour Rodez, le plus relevA� qu’il soit possible d’organiser : une vA�ritable coupe du monde des M13, avec 12 nations reprA�sentA�s, et 40 clubs, dont la majeure partie est constituA�e des clubs de Top 14, de Pro D2, et de FA�dA�rale 1. On part avec les copains, tout un week-end, on voyage de nuit, on rencontre des A�trangers, on s’ouvre A� d’autres cultures et d’autres rugbys, on se mesure A� des clubs prestigieux, et, par consA�quent, on en revient grandi, avec des souvenirs plein la tA?te et des A�motions plein le cA�ur. Des souvenirs qui vous marquent pour toute votre vie de joueur, et au-delA� mA?me. Qui sait si, devenus des grands-pA?res regardant leur petits enfants A�voluer sur un terrain, les 18 joueurs qui sont partis A� Rodez le week-end dernier ne leur diront pas : « Moi, quand j’avais ton A?ge, j’ai fait le Top 12! Et j’ai jouA� contre des Sud Afs, des Irlandais, des Ecossais, des Allemands, des Italiens, contre Grenoble, contre Montpellier… ». Mais laissons-lA� un futur hypothA�tique pour en revenir A� un passA� rA�cent.

 

Le voyage et la premiA?re journA�e de festivitA�s :

Le voyage en bus couchettes s’est trA?s bien passA�, et nous avons tous dA�couvert un nouveau moyen de transport, somme toute, trA?s confortable; contre toute attente, c’est donc un groupe de 18 joueurs qui avaient ) peu prA?s tous passA� une bonne nuit de sommeil qui fut accueilli A� la gare routiA?re pour un petit dA�jeuner par nos deux hA?tesses du club de Rodez, Isabelle, qui gA?re toutes les A�quipes franA�aises, et Sylvie, qui avait la dure mission de nous accompagner durant tout le week-end. Ensuite, installation A� l’internat du LycA�e Monteil, oA? la majeure partie des A�quipes logeaient : toilette, mise en tenue, repos, et rassemblement dans la cour pour le dA�filA�. Dans la cour, dA�jA�, nos jeunes dA�couvrirent un autre monde, un monde fait d’Ecossais en kilt avec des bagpipes, avec lesquels nos joueurs ont fraternisA� immA�diatement, un monde d’Irlandais chantants, d’Anglais arborant des bA�rets basques, d’Italiens tout de rouge vA?tus, de Belges, de Suisses… Tout ce petit monde prit alors la direction du foirail pour le dA�part du dA�filA�. LA� encore, ce fut une longue sA�ance de brassage : retrouvailles avec les Italiens de Firenze, avec les joueurs des Angles, dA�couverte de ceux du Stade Toulousain, trA?s surpris qu’autant de joueurs du RCP 15 soit supporters du Stade Toulousain ou de Clermont, et aussi peu des A�quipes de Top 14 franciliennes. Puis, dans les chants et les cris, sur un fond de cornemuse jouant Flower of Scotland ou Amazing Grace, le cortA?ge s’A�branla pour traverser les rues animA�es de la ville, sous les applaudissements des passants. Le point d’orgue du dA�filA� fut un lA?cher de ballons devant l’HA?tel de Ville.

AprA?s tout cela, nous regagnA?mes notre bus, et direction le domaine de Vabre, pour dA�jeuner, puis s’entraA�ner. En guise d’entraA�nements, il s’agissait bien plutA?t de rencontres amicales, tout d’abord contre Pic Saint-Loup, puis contre nos amis Florentins. Nos jeunes dA�livrA?rent de belles prestations, dA�fensive essentiellement contre Pic Saint Loup, dans une trA?s belle rencontre qui se soldait, aprA?s d’A�piques batailles et une symphonie de placages bien enlevA�s, par un score vierge. Dans la seconde rencontre, nos M13, toujours aussi intraitables en dA�fense, commencA?rent A� poser un jeu offensif, et marquA?rent 4 essais, dont deux trA?s bien construits et trA?s collectifs. Optimistes sur ce que nous avions vus, nous reprA�mes le chemin du bus, et de l’Internat, pour se doucher et se changer. Avant de partir dA�ner, puis assister A� la soirA�e de prA�sentation des A�quipes.

 

Le Tournoi

HA�las! Si le samedi avait A�tA� des plus ensoleillA�s, ce dimanche matin A�tait… Pluvieux! Des trombes d’eaux s’abattaient sur Rodez, pour la plus grande joie des A�quipes britanniques. Nos jeunes A�voluaient dans la Poule nA�1, avec les Sud Africains, Montpellier, Grenoble, et Millau. Une poule trA?s dure.

AprA?s un A�chauffement intensif, une belle Marseillaise chantA�e A� plein poumons durant la cA�rA�monie d’ouverture, nos 18 joueurs allaient en dA�coudre avec Montpellier. Enfin, plutA?t 17… Car nous avions dA�jA� perdu Pierre, victime, la veille au soir, de la plus stupide blessure de la saison. Le pauvre a essayA� de participer A� l’A�chauffement, mais il a vite fallu se rendre A� la raison et prendre avec lui le chemin du plateau mA�dical, chemin que j’allais emprunter quelques fois ce matin-lA�. Contre Montpellier, nos jeunes furent plutA?t conquA�rants, toujours vaillants et courageux, mais stA�riles. Ne parvenant pas A� bonifier les ballons qu’ils gagnaient ni A� poser le beau jeu qui A�tait le leur la veille, ils ne parvenaient pas A� marquer, ce qu’il faut A� tout prix faire, et le plus rapidement possible dans un match de 6 minutes. Pire encore, une erreur dA�fensive bien exploitA�e par les joueurs du MHRC permet A� ces derniers de s’imposer 1-0.

Le match suivant nous opposa A� Millau, et ne ressembla que trop au prA�cA�dent : conquA?te improductive, A�norme erreur sur une relance, et essai pour Millau sur la derniA?re action. DA�faite, lA� encore, sur un score A�triquA� de 1-0.

Vint ensuite le tour des Sud Afs : joueurs, rapides, trA?s organisA�s, ils disposent de nous 2-0 dans un match trA?s engagA� qui les vit perdre deux joueurs, et nous aussi : Paul et Gaspard sont « out » pour le reste de la journA�e, et nous reprenons le chemin du plateau mA�dical.

Le dernier match de la matinA�e nous opposa A� Grenoble, et ressembla malheureusement beaucoup trop aux deux premiers, jusque dans le score : 1-0.

TrempA�s et dA�A�us, nos joueurs retournA?rent au vestiaire avec beaucoup de bleus, surtout A� l’A?me. Ce qu’ils ne pouvaient savoir encore, c’est que Millau serait 1/4 de finaliste du tournoi, et Grenoble 1/2 finaliste.

L’aprA?s-midi fut diffA�rente. La poule de classement nous opposait exclusivement A� des clubs A�trangers, pour disputer le Challenge du ComitA� de l’Aveyron : des Allemands, des Irlandais, et les fameux Ecossais avec qui nos enfants avaient tant sympathisA�. Le premier match contre les Allemands, s’il se solda par une victoire, fut des plus brouillons : un de ces matchs qui nA�cessitent, malgrA� la victoire, un recadrage musclA� mais tout en psychologie de la part du coach et du dirigeant. Bref, A�a a gueulA� 😉 Le recadrage a portA� ses fruits, puisque le match suivant est remportA� de belle maniA?re contre les Irlandais. En revanche, nos joueurs, pourtant trA?s dominateurs, se montrA?rent A� nouveau incapables de marquer dans le dernier match contre les Ecossais, qui se termina par sur un score vierge.

Au final, ils finissent aux alentours de la 30A?me place sur 40 A�quipes, et remportent le Challenge du ComitA�.

 

Globalement, ils nous ont donnA� A� voir de belles choses, et ont surtout montrA� qu’ils A�taient de vrais joueurs, capables de se mesurer aux meilleurs, et ce voyage fut donc pour nous tous l’occasion de voir naA�tre une vraie A�quipe, pleine de promesses.

En attendant que les promesses de l’avenir, voici les souvenirs du passA� :

La galerie Picasa de Pascal Dardot.

Et aussi celle de l’article (Photos JA�rA?me Valenq et Bertrand Simon, avec seulement;-) 161 photos, pas toujours bonnes A� cause du dA�luge) :

M11 : Firenze, sara perche ti amo…

Pas de confusione, que de l’emozione. Ce nouveau voyage initiatique en Italie fut une rA�ussite, autant pour les enfants que pour leurs accompagnateurs, et ce sur tous les plans : touristique et culturel, sportif, et festif. Qu’espA�rer de plus, sinon que A�a recommence! C’est peut-A?tre parce qu’on l’aime, qu’on retourne A� Florence…

 

Le voyage

Le voyage s’est effectuA� sans encombres, contrairement A� l’habitude, dans une ambiance potache ponctuA�e de rires et de quelques rappels A� l’ordre. ArrivA�s, A� Firenze, nous sommes accueillis par nos amis Florentins, qui prennent en chargent nos bagages et les emmA?nent au stade, nous laissant ainsi la possibilitA� de visiter lA�ger. Ce que nous avons fait, en long, en large, en travers, et mA?me en rond.

AprA?s un dA�jeuner au restaurant sur la Piazza della Signoria, une derniA?re petite ballade, une glace, nous avons pris, A� pied sous un chaud soleil, le chemin du stade, oA? nous avons assistA� A� la finale du tournoi U14. A la fin de ce tournoi, nos garA�ons ont pris place sur le prA�, pour en entraA�nement improvisA�, oA? l’A�quipe A�voluant le lendemain dans la catA�gorie U12 a travaillA� quelques combinaisons, mises A� profit le lendemain.

AprA?s cela, les familles sont venues chercher nos enfants, et, une fois la rA�partition faite, les accompagnateurs ont rejoint leur hA?tel pour une bonne douche, avant de sortir dA�ner et assister au restaurant du stade A� une soirA�e rugby, qui fut fort sympathique.

 

Le dA�but du Tournoi

Le lendemain, 8h30, les visites et la fA?te se sont effacA�es devant le rugby.

En U10, des 2002 pas trA?s rA�veillA�s, dans une poule trA?s relevA�e puisqu’en plus de nos joueurs, elle contenait les deux futurs finalistes, ont fait leur apprentissage du rugby italien : de l’engagement, beaucoup d’engagement, et un rugby « A� l’ancienne ». Quelque peu dA�routA�s, ils ont balbutiA� leur rugby, et finissent troisiA?mes de leur poule, en faisant cependant match nul contre les deux futurs finalistes, Perugia et le Benetton de TrA�vise. Ils terminent donc troisiA?me de leur poule, et, contrairement A� leur ainA�s l’an passA�, ne se qualifient pas pour les phases finales.

Pendant ce temps, les 2001 renforcA�s par 4 2000, font un premier match trA?s inquiA�tant sur le plan du jeu collectif, dans lequel il atomisent toutefois Mugello par 6 essais A� 0. Vient ensuite leur plus mauvais match de la journA�e contre l’A�quipe 2 du Benetton de TrA�vise, oA? se sont concentrA�s tous les mauvais choix et les travers possibles : menA�s 1-0, ils rA�ussissent nA�anmoins A� arracher le nul A� la derniA?re seconde. Recadrage musclA� de la part de Julie et des dirigeants, pendant la pause qui les sA�pare de la troisiA?me rencontre, contre Sesto, une grosse A�quipe que je crains. LA�, nos garA�ons retrouvent leur jeu, font aussi preuve d’opportunisme, sont intraitables en dA�fense, et s’imposent logiquement 3-1 contre une A�quipe que TrA�vise n’a battu que 1-0. Reste le dernier match de la poule, TrA�vise-Mugello : pour prendre la premiA?re place, le Benetton doit marquer 9 essais; il n’en n’inscrira que 3. Et voilA� donc, pour la premiA?re fois de notre histoire, notre A�quipe de U12, « gli piu piccoli », comme le dira souvent au micro le speaker du tournoi, qualifiA�e pour les phase finales.

 

Les phases finales : U10 en Challenge, U12 en TrophA�e

Du cA?tA� des U10, alors que le soleil est plus haut dans le ciel et tape fort, c’est l’heure du rA�veil musculaire et du retour de l’envie. C’est la mA�tamorphose! Durant la suite du tournoi, engagA�s dans les phases finales rA�servA�es aux A�quipes classA�es de 9 A� 16, ils atomisent littA�ralement tous leurs adversaires, et remportent donc le Challenge, se classant ainsi 9A?me.

Nos U12, quant A� eux, sont trA?s concentrA�s. En 1/4 de finale, ils vont affronter la redoutable A�quipe de Livourne, victorieuse l’an dernier. Les gabarits de leurs adversaires sont tout simplement… monstrueux. Mais, imperturbables, assA�nant des placages redoutables grA?ce A� un FranA�ois impressionnant et quelques cisailles bien pensA�es de Pierre et FA�lix qui dA�courageront les gA�ants qu’ils affrontent, ils se gavent de ballons, combinent A� tout va, crA�ent des brA?ches, jouent intelligemment au pied quand il le faut, et signent globalement un match d’anthologie, le plus beau de l’annA�e A� mes yeux; ils s’imposent 4 essais A� 0, dont un sur une croisA�e rA�pA�tA�e la veille, qui a laissA� le public et les adversaires bouche bA�e, et les accompagnateurs hilares.

Vient ensuite la 1/2 finale, trA?s rude, trA?s tendue, contre le Benetton de TrA�vise 1. A�a plaque dure, A� la limite du rA�gulier, voire tout A� fait irrA�guliA?rement. A tout moment A�a risque de dA�gA�nA�rer. Eux aussi sont grands et gros, mais ils courent vite, ils savent jouer, et les nA?tres, sans doute un peu impressionnA�s, ne savent pas comment prendre le match A� leur compte. Ils hA�sitent, tA?tonnent, et prennent de mauvaises dA�cisions, notamment sur quelques coups de pieds pas trA?s tactiques, qui fournissent aux verts et blancs des occasions de relance qu’ils savent transformer en essais. Le soleil cogne, la fatigue pA?se, les coups reA�us font mal, les poches de froid s’amoncellent, et TrA�vise s’impose 3-0. Nos adversaires remporteront par la suite le tournoi contre Perugia.

En petite finale, ce sont des joueurs archi-cuits qui vont rentrer sur la pelouse contre Gispi Prato, une autre A�quipe redoutable, et qui vont les uns aprA?s les autres s’A�ffondrer. Nos joueurs encaissent leur plus lourde dA�faite, 5-0, mais ils terminent 4A?me, ce qui est tout simplement inespA�rA�!

Toutefois, il leur restera encore un peu d’A�nergie pour un match amical contre nos amis de Firenze, oA? l’on a commencA� par A�changer les maillots, et donc mA�langer les A�quipes. Un grand moment d’amitiA� et de rugby.

Conscients de leur exploit et inspirA�s par les facA�ties de nos benjamins 99, nos joueurs, accompagnA�s de quelques Florentins, entamA?rent un tour d’honneur du stade pieds nus et en caleA�on, qui fit dire A� un employA� municipal : « DA�cidA�ment, au rugby, vous n’avez pas un comportement normal ».

Ce fut ensuite le temps de la douche, celui du repas, en compagnie de nos amis Florentins, puis celui des finales et des rA�compenses. Et ensuite, comme A� l’accoutumA�e, les enfants organisA?rent leur traditionnel match France-Italie de football, pendant que nous prenions le soleil et discutions avec nos hA?tes.

Ce fut enfin le temps de prendre congA�, et le chemin de la gare et du Mc Do, pour un dernier repas et un retour paisible, sans soucis, avec de la fatigue, des souvenirs inoubliables, et pour certains une chanson dans la tA?te, qu’ils fredonnent encore aujourd’hui :

Che confusione
Sara perche ti amo
E un’emozione
Che cresce piano piano
Stringimi forte e stammi piu vicino
Se ci sto bene
Sara perche ti amo

 

XV d’Or 2011 : les M11 A� l’honneur

Le 13 janvier dernier s’est tenue A� la Mairie du XVA?me la traditionnelle cA�rA�monie des XV d’Or. Pour l’ensemble de leur saison, A�maillA�e de belles victoires, les poussins y ont A�tA� distinguA�s.

 

Double victoire dans le Tournoi du ComitA� de Paris, victoire dans le tournoi du RCP 15, troisiA?me place A� Florence… Qu’ils soient nA�s en 2000 ou en 2001, qu’ils aient A�tA� sA�parA�s par annA�e ou, comme ce fut plus souvent le cas, mA�langA�s, les poussins de la saison 2010-2011 ont rA�alisA� un beau parcours. Cela n’a A�chappA� A� personne, surtout pas A� l’OMS, ni aux A�lus de l’arrondissement, que ces jeunes joueurs prometteurs et attachants mA�ritaient une rA�compense pour leurs bons rA�sultats.

C’est pourquoi, dans la Salle des FA?te de la Mairie du XVA?me en ce vendredi 13 janvier, un XV d’Or leur a A�tA� dA�cernA�, remis par le dA�putA�-maire Philippe Goujon et le dA�putA� Jean-FranA�ois Lamour, qui, en connaisseur, est venu personnellement discuter avec quelques reprA�sentants de ces graines de champions et les fA�liciter.

Et comme un honneur n’arrive jamais seul, c’est aussi notre club et nos poussins qui font la Une et l’ouverture du dossier spA�cial Sports du magazine Quinze de fA�vrier.

 

Firenze : l’album photo du voyage

Outre les bons rA�sultats sportifs, ce nouveau voyage en terres toscanes s’est distinguA� par de nombreux problA?mes de transport qui nous ont forcA� A� A�courter les visites de la ville et de ses merveilles. Que voulez-vous? Quand on arrive A� 15h20 en gare de Santa Maria Novella au lieu de 7h, il faut se concentrer sur l’essentiel, et revenir aux fondamentaux : Piazza della Signoria, Ponte Vecchio, gelati, esprit d’A�quipe, soutiens dans les rucks, placages, et jeu de passe…

Voici donc quelques photos souvenirs de nos Poussins, d’autant plus Poussins qu’ils arboraient tous leur magnifique t-shirt jaune, bien utile pour se reconnaA�tre et se repA�rer dans la foule des touristes.

 

Tournoi de Firenze : la petite finale en images

Certes, nous avons vu des matchs plus engagA�s, et l’on a quelque peu l’impression que nos petits jouent au ralenti. Certes, c’est mal filmA�, parce que je tiens l’iPhone d’une main et que de l’autre je gesticule en hurlant des consignes. Mais A�a fait un petit souvenir d’un bien joli tournoi.

 

AprA?s une phase de brassage dont ils sont sortis premiers, puis une poule de classement dont il perdent la premiA?re place suite A� un essai encaissA� A� la derniA?re minute dans un moment de distraction, nos Poussins nA�s en 2001 disputent la petite finale, dont il sortiront victorieux, se classant troisiA?mes du Tournoi. Il s’agit de leur neuviA?me match d’affilA�e sous un soleil de plomb, aprA?s un voyage en train de 20h et une nuit qui fut relativement brA?ve. En outre, il est plus de 14h, ils sont sur le prA� depuis 8h30, et ils n’ont qu’une obsession : manger! Ce qui explique sans doute la lenteur dont ils semblent faire preuve, notamment dans les replacements et les phases de rucks. Mais malgrA� tout, ils l’ont emportA�, et nous ne pouvons que les en fA�liciter.

Firenze : nos M11 ont brillA�

MalgrA� tous les dA�boires de transports que nous avons connus lors de notre expA�dition en terre toscane, nos M11 se sont fort bien comportA�s dans ce 5A?me Tournoi Francesco Borelli : les 2001 se classent 3A?me du Tournoi, et les 2000 remportent le Challenge et terminent donc 9A?me.

 

Tout d’abord, il faut savoir qu’en Italie, les catA�gories d’A?ge ne sont pas exactement les mA?mes qu’en France. Nos amis transalpins fonctionnent selon les rA?gles de l’IRB : moins de 6 ans, moins de 8 ans, moins de 10 ans, moins de 12 ans, etc… Donc, quand on part A� l’A�tranger avec un groupe de moins de 11 ans, il faut les rA�partir dans deux catA�gories diffA�rentes. Nos joueurs nA�s en 2001 ont donc disputA� le tounoi des Moins de 10 ans, et ceux nA�s en 2000 se sont frottA�s A� de gros costauds dans le tournoi des moins de 12 ans.

Le tournoi A�tait bien organisA�, et vingt A�quipes A�taient alignA�es dans chaque catA�gorie. Une premiA?re phase de poules brassage avait lieu, suivie d’une phase de poules de classement, comprenant les huit premiA?res A�quipes pour le Tournoi, et les 12 suivantes pour le Challenge, phase elle-mA?me suivie des finales. Nous A�tions le seul club A�tranger prA�sent. La journA�e fut trA?s chaude, et se termina d’ailleurs par un orage qui nous apporta une fraA�cheur bienvenue.

 

L’aventure des 2001

Les 2001 ont largement dominA� leur poule de brassage du matin, en remportant largement tous leurs matchs. Comme A� leur habitude, il furent un peu lents A� la mise en action, et s’ils ont largement disposA� de leurs adversaires dans les deux premiers matchs, ils donnaient nettement l’impression d’A?tre en charge lente. Une grosse remise au point aprA?s le deuxiA?me match les a heureusement fait sortir de leur torpeur, et ils ont commencA� A� produire du jeu, comme ils savent si bien le faire malgrA� leur jeune A?ge.

Le match de rA�fA�rence de la journA�e fut celui qui les opposa en phase de classement A� l’A�quipe romaine de la police nationale, les Fiamme Oro : 5 essais marquA�s, tous au terme de beaux mouvements offensifs avec plusieurs temps de jeu. Grand moment de fiertA� pour nous tous, joueurs, A�ducateurs et dirigeants, que celui oA? supporters et dirigeant adverses sont venus nous voir pour nous dire en un parfait FranA�ais : « C’A�tait magnifique! Nous nous sommes rA�galA�s de voir jouer ces petits! »

Malheureusement, ces congratulations entraA�nA?rent peut-A?tre A� un petit relA?chement chez nos joueurs, A� moins qu’il ne faille mettre cela sur le compte de la chaleur, voire de la faim, car les 2001 ne passA?rent A� table qu’une fois le tournoi fini, autrement dit vers 15h… Arriva ce que nous redoutions : un match contre Perrugia, trA?s engagA� et trA?s accrochA�, et nos petits qui craquA?rent A� la derniA?re seconde et encaissA?rent un essai aussi stupide qu’assassin, qui les priva de la finale.

Abattus, en colA?re contre eux-mA?mes, ils se ressaisirent toutefois pour l’emporter sur nos hA?tes dans la petite finale et terminer A� la troisiA?me place, en faisant preuve de beaucoup de fair-play. Peu de joie chez eux cependant sur le chemin qui les conduisaient A� un repas de pA?tes bien mA�ritA� : chacun n’avait en tA?te que ce qu’il pensait avoir mal fait ou ratA� dans le match contre Perrugia, qui, pendant ce temps, remportait le tournoi contre Livourne. Mais tout ceci disparut bien vite devant une assiette bien remplie, expA�diA�e rapidement pour pouvoir aller encourager les 2000 qui allaient disputer la finale du Challenge.

 

L’A�popA�e des 2000

Les 2000, dans la catA�gorie u12, avaient eux aussi perdu un seul match dans la matinA�e, par un essai encaissA� A� la derniA?re minute. Mais cet essai leur avait coutA� plus cher : faute de pouvoir marquer de nombreux essais contre des garA�ons beaucoup plus grands et gros qu’eux, cet essai et le goal average, les avait empA?chA� de se qualifier pour le tournoi. Sortis dans les deux premiers de la phase de classement, ils disputA?rent la finale du Challenge, A�qu’ils remportA?rent au terme des prolongations d’un match que je qualifierai de dantesque, puisque nous A�tions A� Florence et que les gabarits de leurs adversaires les faisait ressembler, aux yeux de nos petits, A� des monstresA�tout droit sortis de l’Enfer. Tous surent faire preuve d’une dA�termination et d’un courage exemplaire, plaquant A� tour de bras sans jamais les baisser, jusqu’A� l’essai de la dA�livrance. Bravo A� eux tous! Ils furent exemplaire sur le plan de l’engagement!

 

 

S’il ne fut pas faste pour le tourisme et la culture, ce week-end aura laissA� A� tous de magnifiques souvenirs sur le plan sportif. Vivement la prochaine A�dition. En attendant, vous pouvez toujours consulter l’album souvenir du voyage.